Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Idées

    La droite identitaire, plus dangereuse que l’islam radical

    14 septembre 2017 | Michel Juneau-Katsuya - Ex-cadre et agent de renseignement senior du SCRS | Actualités en société
    Des membres de La Meute manifestent à Québec. L’une des caractéristiques de la montée de la droite identitaire est qu’elle paraît, aux yeux de plusieurs, plus « acceptable » dans ses débuts.
    Photo: Alice Chiche Agence France-Presse Des membres de La Meute manifestent à Québec. L’une des caractéristiques de la montée de la droite identitaire est qu’elle paraît, aux yeux de plusieurs, plus « acceptable » dans ses débuts.

    Depuis trop longtemps, la complaisance de nos dirigeants gouvernementaux envers les discours haineux a permis la montée au Canada, mais particulièrement au Québec, d’un danger plus conséquent que l’islam radical : la montée de la droite raciste et xénophobe. L’Ouest canadien n’est pas en reste, mais le phénomène est différent. En ce qui a trait au Québec, d’un point de vue de la sécurité nationale et sur le plan du maintien de l’ordre social, la montée de la droite identitaire est plus pernicieuse et plus préoccupante pour les services de sécurité que la menace terroriste des islamistes radicaux, et ce, pour deux raisons importantes : son emprise sur la population générale et le temps que la société prendra pour s’en défaire.

     

    L’emprise sur la population générale

     

    L’une des caractéristiques de la montée de la droite identitaire est qu’elle gagne beaucoup plus rapidement des adeptes et paraît, aux yeux de plusieurs, plus « acceptable » dans ses débuts. L’étude de la montée de la droite en Europe, que ce soit avant les grandes guerres ou dans les années 1980 et 1990, a permis aux chercheurs et aux historiens de découvrir un point crucial et commun à toutes les époques : l’insécurité. Quand le peuple se sent menacé à cause de l’insécurité économique, des dangers à sa sécurité physique avec des attaques terroristes en son sol, de l’incertitude provoquée par des vagues d’immigration qui arrivent rapidement et qui semblent mal contrôlées (à tort ou à raison), alors il montre un besoin impératif d’entendre des paroles fortes et de voir des actions concrètes de nos leaders gouvernementaux. Quand cela n’est pas fait, le vide est comblé par des éléments plus conservateurs et plus radicaux qui profitent de l’insécurité pour gagner émotionnellement l’appui de la population.

     

    Le discours des groupes de la droite identitaire contient des zones grises à plusieurs niveaux, qui favorisent une adhésion à divers niveaux. On n’a pas besoin de devenir un membre en règle, mais quand on entend des phrases comme « Ils n’ont pas tout à fait tort » ou « Au moins, eux prennent notre défense… », là, on a un sérieux problème.

     

    Et le problème va durer longtemps. Tous les experts s’entendent pour dire que le phénomène de l’idéologie de l’islam radical va tôt ou tard, dans un avenir somme toute rapproché, finir par s’estomper. Si on compare leur discours à l’idéologie perverse de l’islam radical, force est de constater que cette dernière ne gagnera jamais une grande partie de la population, car elle demeure trop loin de nos valeurs et de nos fondements moraux. Même si le nombre de jeunes ayant rejoint les rangs du groupe État islamique demeure important (entre 20 000 et 30 000 à l’échelle mondiale), cela n’a rien à voir avec les estimations policières qui, juste au Québec, chiffrent entre 50 000 et 55 000 le nombre de sympathisants de la droite identitaire dans 15 groupes différents.

     

    Déraciner son emprise

     

    En ce qui concerne la droite identitaire, une fois qu’elle a gagné une certaine acceptation au sein de la population générale, elle nécessite des générations de travail constant et à divers niveaux de la société pour qu’on déracine son emprise. Si elle s’installe dans l’esprit des gens, ce sera un recul de plusieurs décennies pour la société civile. C’est une forme de contamination de l’esprit qui entraînera des troubles sociaux allant des crimes haineux à des agressions contre la personne, voire jusqu’au terrorisme. L’histoire regorge de ce type de situations et le contexte politique mondial est des plus propices pour cette montée.

     

    Ces deux facteurs ne doivent pas être sous-estimés dans l’évaluation de la menace. Ce qui se présente comme des exemples de la liberté d’expression peut facilement dériver vers la violence et même le terrorisme. Il n’y a pas de compromis à faire. Le discours de la droite doit être dénoncé et neutralisé par un contre-discours de la part de la population et des leaders gouvernementaux.

     

    Encore une fois, sur le plan de la sécurité nationale, les enjeux sont cruciaux. Le faux discours évoquant la liberté d’expression, scandé à outrance par les organisations xénophobes ou des agitateurs publics de tout acabit (mais certes pas dénués d’intérêt), contribue largement à cette dégradation du tissu social. Bien sûr, on doit pouvoir critiquer et débattre, mais à partir des faits… éléments qui, justement, brillent souvent par leur absence au sein de ces déclarations populistes.

     

    En cette ère de cybercommunication, la propagation de ce mal se fait à la vitesse grand « V ». Il faut donc revoir notre façon de voir et d’agir. S’il faut revoir les définitions que l’on attribue aux discours haineux et violents, faisons-le, et vite. Il est temps que l’on retourne aux leçons enseignées par l’histoire. Cette dernière a déjà commencé à se répéter.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.