Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Lutte contre l’homophobie: 10 millions en cinq ans pour le nouveau plan d’action du gouvernement

    La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée

    Dix millions sur cinq ans, voilà ce que consacre Québec à son deuxième plan d’action quinquennal (2017-2022) pour lutter contre l’homophobie et la transphobie. Bâti autour de cinq priorités, le plan dévoilé mercredi par la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, comprend 38 mesures qui touchent au moins cinq ministères, dont ceux de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion et de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

     

    Bien des progrès ont été réalisés au cours des cinq dernières années, mais beaucoup reste à faire, a déclaré la ministre, statistiques à l’appui. L’acceptation de la diversité est passée de 63 à 74 % en quatre ans, selon un sondage réalisé en mars 2017 par le ministère de la Justice. Toujours selon ce sondage, 94 % de la population pense que deux personnes de même sexe peuvent élever un enfant. « En 2013, seulement 83 % de la population partageait cette opinion », a souligné la ministre Vallée.

     

    Toutefois, a-t-elle ajouté, près de 40 % des Québécois croient qu’un enfant doit avoir des parents de sexe opposé pour être en mesure de s’épanouir et de se développer pleinement. Les études disent pourtant que des parents homoparentaux ont les mêmes compétences que les autres. « Il reste du travail à faire », a conclu la ministre.

     

    Parmi les mesures, plusieurs sont consacrées à la formation (de policiers, d’enseignants, de fonctionnaires d’Emploi Québec, etc.) et à la sensibilisation aux réalités LGBT dans divers milieux (communautaires, scolaires, etc.). Des sommes seront allouées notamment aux cégeps et aux universités pour qu’ils puissent mettre sur pied des initiatives afin de favoriser l’inclusion. « On va faire une étude [pour comprendre la réalité] des LGBT en région. On va identifier les besoins régionaux prioritaires », a dit François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

     

    Un émissaire international

     

    Le plan d’action prévoit des fonds pour sensibiliser des pays comme Cuba et Haïti à la diversité sexuelle. Il prévoit également que temps et énergie seront dépensés pour faire connaître à l’international les bonnes pratiques du Québec en matière de lutte contre l’homophobie. « La nouvelle politique internationale du Québec prévoit la création d’un poste d’émissaire qui œuvrera au rayonnement de l’expertise québécoise en matière des droits de la personne, et notamment envers les droits des personnes LGBT », a dit Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.