Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Idées

    Racisme systémique: sortir de l’idéologie victimaire

    8 mai 2017 | Nadia El-Mabrouk et Michèle Sirois - Respectivement membre et présidente de Pour les droits des femmes du Québec | Actualités en société
    Des groupes ont demandé au gouvernement Couillard qu'il mette sur pied une commission sur le « racisme systémique ».
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des groupes ont demandé au gouvernement Couillard qu'il mette sur pied une commission sur le « racisme systémique ».

    En 2016, des groupes demandent une commission sur le « racisme systémique ». Depuis, ce terme s’est ancré dans le vocabulaire médiatique et politique. Le contester serait du « négationnisme », selon Philippe Couillard.

     

    Le racisme existe au Québec comme dans toutes les sociétés. Il doit être combattu par tous les moyens tout en évitant de le banaliser en l’invoquant constamment. Il est inquiétant que certains l’utilisent pour « racialiser » les rapports sociaux en désignant les « Blancs » comme dominants, et tous les autres comme « racisés », soit des victimes du racisme et de la « suprématie blanche ». Cette conception unilatérale fait dire à certains que, le système étant dirigé par des «Blancs», le racisme ne pourrait être que systémique. Cette redéfinition du racisme n’est pas anodine. Elle permet d’affirmer que les actes et les propos haineux envers les «Blancs», par définition «privilégiés», ne seraient pas du racisme.

    La notion de racisme systémique ne favorise pas le vivre-ensemble. Il nourrit plutôt l’hostilité entre les groupes. Comme le dit Rachida Azdouz, spécialiste en relations interculturelles, «en accolant le mot «racisme» à «systémique», on rate la cible, on confond les concepts, on s’aliène des employeurs qui sont volontaires pour développer des pratiques d’embauche inclusives, mais qui refusent d’endosser l’étiquette raciste». C’est plutôt le concept de discrimination systémique qui est retenu par les experts. Pour remédier à cette problématique, un plan d’action gouvernemental étoffé a d’ailleurs été publié en 2008 (La diversité : une valeur ajoutée pour favoriser la participation de tous à l’essor du Québec).

     

    Une réalité complexe

     

    Pour la discrimination à l’emploi, l’étude du sociologue Paul Eid dit qu’à compétence égale, un Tremblay a 1,7 fois plus de chances d’être invité à un entretien d’embauche dans les entreprises privées qu’un Sanchez, un Ben Saïd ou un Traoré. Par contre, dans les organismes publics, la même étude a montré un risque de discrimination égal à 0. La Loi d’accès à l’égalité en emploi s’y est révélée efficace et devrait inciter à mettre en oeuvre les mêmes mesures dans le secteur privé.

     

    Malgré tout, l’affirmation qu’il y aurait une forte discrimination dans les organismes publics circule abondamment. Or, la sous-représentation des minorités visibles s’y explique par le fait qu’elles sont arrivées notamment quand les gouvernements sabraient la fonction publique, réduisant ainsi les occasions d’emplois des nouveaux arrivants.

     

    Quant au chômage, Statistique Canada (2011) indique un taux plus élevé chez les immigrants, et davantage chez les minorités visibles (2 fois plus que le reste de la population). Cependant, ces différences tendent à s’estomper avec le temps. Ainsi, les chiffres du ministère de l’Immigration (MIDI) de 2015 montrent qu’après 10 ans, le taux de chômage des hommes immigrés est identique à celui des natifs, soit 8,3 %. Il reste cependant plus élevé chez les femmes du fait qu’elles sont davantage sélectionnées dans le cadre d’un regroupement familial, et non en fonction de leur employabilité.

     

    Le problème d’embauche des immigrants est bien réel, mais le Québec est-il en proie à un racisme systémique ? Statistique Canada indique pour 2011 un taux de chômage de 3,7 % chez les Noirs ou de 4,5 % chez les Arabes entre 35 et 44 ans, nés au pays et ayant un diplôme universitaire. Des chiffres alarmistes sont pourtant lancés dans les médias. Révéleraient-ils des intentions politiques pour nourrir l’idée d’un Québec raciste, alors que des enquêtes et sondages sérieux montrent que le Québec, comparé au reste du Canada, est loin d’être « l’enfer » des minorités visibles ?

     

    Au-delà des explications simplistes, le taux de chômage plus élevé des immigrants s’explique en partie par des choix politiques maintenant un niveau élevé d’immigration et de faibles moyens d’intégration. Or, accepter trop d’immigrants dans une période de décroissance économique et de compressions budgétaires rend inévitable la précarisation des nouveaux arrivants. D’autres facteurs s’ajoutent : la reconnaissance des diplômes et de l’expérience de travail, l’absence de réseau professionnel ou l’apprentissage des codes sociaux, car il faut du temps à l’immigrant pour s’intégrer au monde du travail. De plus au Québec, on favorise les immigrants parlant français, alors que ceux-ci s’installent dans la région de Montréal où le bilinguisme est souvent exigé. Faut-il alors s’étonner qu’ils aient plus de difficultés à se trouver du travail qu’en Ontario ? Est-ce parce que le Québec est plus discriminatoire envers ses immigrants ou parce que les unilingues francophones sont davantage discriminés au Québec ?

     

    Le sondage CROP/Radio-Canada de mars 2017 montre que le Québec ne se distingue pas du reste du Canada par un excès de xénophobie. Par contre, ce sont les religions et les signes religieux qui sont moins bien acceptés, ce qui confirme l’attachement des Québécois au modèle de laïcité qui a émergé à la Révolution tranquille, notamment pour protéger les droits des femmes.

     

    Cependant, beaucoup de travail reste à faire pour éliminer les discriminations, car tout comme pour la violence faite aux femmes, c’est « tolérance zéro » qui doit être l’objectif. Pour cela, certains choisissent la voie de la confrontation et de la culpabilisation de la société québécoise, ce qui ne peut qu’exacerber l’hostilité et nourrir les extrêmes. Il faut plutôt oeuvrer à l’insertion des immigrants, et cela, dans une société d’accueil qui se sent respectée. Un plan d’action gouvernemental contre les discriminations et le racisme existe déjà. Il s’agit maintenant de l’appliquer.


    NDLR: Un paragraphe a été ajouté à ce texte après la première mise en ligne.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.