Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Libre opinion

    Dépasser les populismes de gauche comme de droite

    21 avril 2017 | Djemila Benhabib - Écrivaine | Actualités en société
    L'écrivaine Djemila Benhabib 
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L'écrivaine Djemila Benhabib 

    Réplique au texte de Gabriel Nadeau-Dubois publié dans Nouveau projet, que Le Devoir avait repris le 11 avril.

     

    Les démocraties vivent, désormais, au rythme de grands chamboulements marqués par une reconfiguration du paysage politique avec un effritement des partis traditionnels et une montée des populismes. Ces derniers n’ont pas fait leur nid qu’à l’extrême droite du spectre politique, comme le prétend Gabriel Nadeau-Dubois, tant il est vrai que l’extrême gauche progresse, ici et là, en jonglant avec un certain populisme tout aussi néfaste pour la pensée politique et la démocratie que celui entretenu par l’autre extrême. D’ailleurs, ces deux postures sont loin de constituer des droites parallèles. Elles se rejoignent bien plus souvent qu’on ne le pense dans leur façon si singulière de nier les faits, de réécrire l’histoire, d’exalter le sentiment d’exacerbation des masses ou de vénérer la figure du chef. Passons sur ces omissions.

     

    Dans le contexte qui est le nôtre, prétendre par exemple que le PLQ et le PQ, c’est du pareil au même, comme le fait à outrance le candidat de QS dans Gouin, ou accuser notre classe politique de trahison depuis les trente dernières années, s’inscrit typiquement dans le champ discursif du populisme de gauche. D’ailleurs, à ce chapitre-là, on serait tenté d’atténuer (un peu) la portée de ses fâcheuses déclarations en considérant qu’elles sont formulées par une « jeune » personnalité politique pas tout à fait rompue à l’exercice de la chose publique. Cette forme de tendresse à l’endroit d’un esprit vif a néanmoins ses limites à supposer qu’il existe, en politique, des traits bien plus détestables que l’impatience et l’emportement. Mais encore ? Le dogmatisme ! À lui seul, le dogmatisme, ce poison de la pensée, peut annihiler la fécondité d’une tête bien faite.

     

    C’est de cela que souffre principalement l’analyse de Nadeau-Dubois. De ce fait, sa réflexion sur la montée des populismes qu’il examine depuis la seule lorgnette du néolibéralisme et de l’effritement, voire de l’effondrement de la classe moyenne est d’un simplisme renversant. Si tel était vraiment le cas, on aurait dû alors assister à des records électoraux des partis d’extrême droite dans des pays en grandes difficultés économiques comme l’Espagne, le Portugal, la Grèce ou l’Irlande. En fonction de la même logique, l’extrême droite ne devrait pas avoir d’ancrage — ou si peu — dans des pays qui jouissent d’une relative prospérité économique. Or, il n’en est rien. « Crise » ou pas crise, le populisme fait son chemin. Phénomène sans précédent depuis les années 1930, de la Suède à la Grèce, l’extrême droite se répand telle une forte vague d’un bout à l’autre de l’Europe et au-delà.

     

    La droite en progression

     

    Regardons brièvement ce qu’il en est. La présidentielle en Autriche, en 2016, a failli propulser au pouvoir le candidat du FPÖ (parti de la liberté), qui est passé tout près de devenir le premier chef d’État issu de l’extrême droite en Europe occidentale depuis 1945. Mais il n’y a pas que l’Autriche. En Suède et au Danemark, les partis d’extrême droite sont en constante progression depuis cinq ans, passant de 14 à 21 % dans les intentions de vote au Danemark et récoltant 13 % des suffrages en Suède, obtenant ainsi la balance du pouvoir. Aux Pays-Bas et en Suisse, les percées sont tout aussi importantes. Par ailleurs, l’extrême droite reste très marginale en Espagne et au Portugal alors qu’en Italie, les divers partis populistes ont mangé toute une volée lors des élections européennes de 2014. Dans plusieurs pays, cette mouvance obtenait entre 10 et 20 %. Aujourd’hui, dans trois d’entre eux, la France, l’Angleterre et le Danemark, elle atteint déjà entre 25 et 30 % des voix et, lorsque le système électoral à la proportionnelle le permet, des partis de ce giron de « l’extrême » participent à des coalitions gouvernementales. C’est notamment le cas dans les pays scandinaves. Alors, osons la question ! Si les conditions économiques s’amélioraient, les partis populistes disparaîtraient-ils pour autant ? Pas vraiment… La vocation des êtres dépasse largement l’Homo economicus. Là se trouve l’angle mort des nostalgiques de la lutte des classes.

     

    Bien que l’extrême droite soit diverse, en témoigne le large spectre des partis qui la compose, sa matrice idéologique repose principalement sur deux axes : le rejet de Bruxelles, c’est-à-dire d’une certaine vision de l’Europe, plutôt bureaucratique, accusée d’éroder la souveraineté des États et des nations, et le refus de l’immigration notamment « extra-européenne », surtout musulmane, et celle des Roms.

     

    Comment ne pas se rendre compte qu’en levant le nez sur la nation ou en diabolisant les débats sur l’immigration, l’islam — exactement comme le fait QS —, cette gauche communautariste fait le lit de l’extrême droite et participe au succès de l’idéologie rance du repli sur soi ? Son insupportable prêchi-prêcha sur le racisme et sa complaisance à l’endroit du totalitarisme islamiste tourne dans le vide. Il y a longtemps que le peuple s’en est détourné. Se saisir de ces enjeux cruciaux est la première responsabilité de la gauche. Rien n’est donc perdu d’avance, camarades !













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.