Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Lettre

    Trois événements qui touchent à la censure

    16 mars 2017 | François Jobin, écrivain Brownsburg-Chatham, le 13 mars 2017 | Actualités en société

    Trois événements en quelques jours. Trois événements qui n’ont pas fait les grosses manchettes, mais qui auraient dû les faire si notre société tenait à certaines valeurs fondamentales. Je parle ici de la décision de la Ville Québec de ne pas présenter la pièce Djihad au prétexte que « la présentation d’un spectacle […] mettant en scène uniquement des personnages de la communauté musulmane en situation de radicalisation » n’est peut-être pas le bon outil pour contrer cette radicalisation.

     

    Je parle aussi de la décision de la Faculté de l’éducation de l’UQAM d’annuler une conférence parce que des militants de l’AFESH (Association facultaire des étudiants en sciences humaines) ont menacé de la perturber à cause de la participation prévue de Matthieu Bock-Côté.

     

    Je parle enfin d’un coup de téléphone du bureau de Couillard qui a fait retirer une caricature de Phaneuf dans le Courrier du Sud représentant le PM en burnous lapidant Fatima Houda-Pepin en lui souhaitant bonne fête le 8 mars.

     

    Je rappellerai qu’il y a deux ans, plusieurs parmi tout ce beau monde s’étaient déclarés « Charlie » et clamaient la nécessité de la liberté de parole en démocratie.

     

    Ce qui est inquiétant dans tous ces événements, ce n’est pas tant la menace des autorités ou des groupes d’exercer des représailles si on ne suit pas leur consigne, mais plutôt le fait qu’on ait cédé à ces pressions.

     

    Ce n’est pas d’hier que le politique ou des organismes essaient d’influencer le cours des choses, en particulier le contenu des médias. Lorsque j’étais réalisateur, j’ai eu l’honneur de recevoir un appel d’un proche conseiller du premier ministre Bourassa qui me suggérait de ne pas diffuser une entrevue que nous avions faite avec une chaise vide après que le gouvernement eut refusé de nous accorder une entrevue. J’ai dit non.

     

    Mais voilà qu’aujourd’hui, on voit de plus en plus fréquemment d’interventions semblables, lesquelles, qui plus est, sont de moins en moins discrètes. Elles se font au grand jour. Si les prétextes sont variés (préserver notre belle jeunesse d’une influence potentiellement néfaste, empêcher un tenant de la droite de s’exprimer parce qu’il a déjà trop de visibilité, protéger l’image et l’immense ego d’un premier ministre), il reste qu’elles ont en commun d’être de la censure. Et la censure, si le passé est garant de l’avenir, ouvre la porte à toutes les dérives, à l’autoritarisme, voire à la dictature de la pensée unique. Accepter cela sans broncher, c’est nier un des fondements mêmes de la démocratie, le droit à la parole.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.