Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    À Québec, l’auto passe avant l’autobus

    6 mai 2017 | Isabelle Porter à Québec | Ville de Québec
    Si le mouvement du tout-à-l’auto est fort à Québec, ce serait aussi parce que l’étalement urbain y est plus prononcé qu’ailleurs.
    Photo: Olivier Zuida Le Devoir Si le mouvement du tout-à-l’auto est fort à Québec, ce serait aussi parce que l’étalement urbain y est plus prononcé qu’ailleurs.

    À Québec, l’influent mouvement du « tout-à-l’auto » vient d’avoir raison d’un projet de transport en commun de plus d’un milliard de dollars que les gouvernements étaient prêts à financer, le Service rapide par bus (SRB). L’attachement à l’auto est-il devenu une idéologie ? Et pourquoi la capitale y adhère-t-elle tant ?


    Lundi matin, sur les ondes de Radio X, l’animateur Jean Christophe Ouellet (alias « JC ») et Jeff Fillion dénonçaient, une fois de plus, les projets en transports en commun. « Je pense qu’il y a une incompréhension de la nature humaine là-dedans, de dire JC. L’humain aime ça avoir sa liberté, ses affaires, ses patentes, son char, son terrain, sa piscine. C’est fondamental. »

     

    Piloté par le maire Régis Labeaume et le gouvernement libéral, le projet de SRB progressait dans une relative indifférence jusqu’à l’an dernier avec l’entrée en scène du fameux « troisième lien ».

     

    C’est la Chambre de commerce de Lévis qui, la première, avait relancé l’idée de faire construire un troisième pont ou un tunnel entre les deux rives. Une idée séduisante pour les conducteurs coincés dans le trafic et pour la Rive-Sud dans son ensemble.

     

    Or, le projet allait coûter cher (4 milliards de dollars selon une étude). Des leaders d’opinion ont alors commencé à lui opposer le SRB et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ne s’est pas fait prier pour les soutenir. Le 21 avril, Régis Labeaume annonçait qu’il mettait le SRB de côté.

     

    Incarné par la radio d’opinion mais aussi par la Coalition avenir Québec (CAQ), ce courant de pensée a désormais son candidat à la mairie en la personne de Jean-François Gosselin. À Radio X, les animateurs l’appellent « Jeff Gosselin ».

     

    En entrevue, l’ex-adéquiste de 42 ans promet qu’il s’attaquera à tout ce qui nuit à la circulation automobile, des autobus en passant par les trottoirs élargis et les arbres. « La Ville de Québec a déclaré la guerre aux automobilistes », martèle-t-il.

     

    Contre l’État et les élites

     

    Au-delà de Québec, la défense du tout-à-l’auto s’inscrit dans un véritable courant idéologique. Une mouvance qui a tous les attributs pour plaire à la droite : solution axée sur l’individu, critique des services publics et rejet des revendications environnementales.

     

    Aux États-Unis, la plateforme républicaine de 2016 plaidait par exemple pour qu’on cesse de financer le transport en commun avec la taxe sur l’essence. L’argent du fédéral, disait-on, ne devrait pas être détourné des autoroutes.

     

    On a aussi pu entendre ce genre de discours contre des projets de transports en commun à Portland, dans l’opposition de Rob Ford au train léger à Toronto ou dans les différents regroupements anti-TGV aux États-Unis.

     

    « C’est de plus en plus un discours défensif », croit Fannie Bélanger-Lemay ,qui prépare un doctorat sur la planification du transport urbain et les arguments publics qui l’accompagnent à l’Université Laval. « Il est d’autant plus fort qu’il y a autre chose qui se développe. »

     

    « L’étalement urbain, ce n’est pas un problème, croit Germain Belzile de l’Institut économique de Montréal (IEDM). C’est un phénomène naturel et normal avec l’augmentation des populations. […] On ne peut pas rester tous dans le même coin. »

     

    M. Belize préfère parler d’un mouvement « anti-étatiste » que d’un courant « de droite ». Les tenants de l’idée, dit-il, n’aiment pas que le gouvernement « décide de ce qui est bon pour [eux] ». Les étatistes ont tendance « à planifier » les choses et à détecter des problèmes qui « en sont ou n’en sont pas ».

     

    Or comment alors justifier les milliards investis par l’État dans les autoroutes ? « Il y a des solutions comme les autoroutes à péage », répond M. Belzile. Or concède-t-il, « les gens n’en veulent pas ». « Les gens ne veulent pas payer d’impôts, ils ne veulent pas de péage et ils ne veulent pas qu’il y ait de congestion, alors là, on a un problème. »

     

    À Québec, on reproche en outre aux « élites » de ne pas prendre le transport en commun elles-mêmes. Le maire, les ministres libéraux se font régulièrement questionner là-dessus. Et, quand Le Journal de Québec a révélé lundi que tous les experts en transport jugeaient un troisième lien inutile pour réduire le trafic, des animateurs de radio se sont moqués du fait que le stationnement du quotidien était plein.

     

    Une explication terre à terre

     

    Mais au-delà des clivages droite-gauche, il y a la réalité du terrain. Si le mouvement du tout-à-l’auto est fort à Québec, c’est aussi parce que l’étalement urbain y est plus prononcé qu’ailleurs, suggèrent des chercheurs et observateurs. Les banlieues et surtout la couronne ne voient pas l’utilité d’un tramway ou d’un SRB tout simplement parce qu’elles ont peu d’expérience de son utilité.

     

    « Le fait qu’il y ait peu de transport en commun à Québec peut expliquer que les gens soient plus attachés à leur voiture », ajoute Fannie Bélanger-Lemay. Ainsi, l’étalement urbain favorise le recours à l’auto, et l’auto favorise l’étalement urbain… Un cycle sans fin.

     

    La sociologue Andrée Fortin, qui a beaucoup écrit sur la banlieue, croit elle aussi que l’aménagement de Québec a joué un rôle dans la popularité de ces idées. « L’agglomération de Québec est proportionnellement plus étalée que Montréal, donc ça crée une propension à utiliser l’auto, insiste-t-elle. Les nouveaux développements immobiliers sont peu, pas ou mal desservis par le transport en commun. »

     

    Dans ses recherches, elle avait aussi démontré que contrairement à ce qu’on peut penser, les résidants de la couronne ne viennent pas du centre, mais sont des ruraux qui se sont rapprochés de la ville et qui, souvent, n’ont jamais pris le bus de leur vie.

     

    Certains poussent la réflexion encore plus loin. Selon eux, l’étalement urbain favorise une conception moins collective de la vie en société. Le professeur Thad Williamson de l’Université de Richmond, par exemple, a avancé dans ses recherches qu’il y avait une corrélation entre le mode de vie associé à l’étalement urbain et le conservatisme, signale Mme Bélanger-Lemay.

     

    Impossible à défendre

     

    La conséquence est qu’à Québec, il semble que les grands projets de transport en commun soient devenus presque impossibles à défendre pour les politiciens.

     

    Régis Labeaume a beau être l’un des politiciens les plus populaires au Québec (si ce n’est le grand favori), le dossier du transport en commun est son talon d’Achille.

     

    Après avoir fait campagne contre le projet de tramway d’Anne Bourget en 2007, il avait complètement changé d’idée en 2010.

     

    « Si on laisse les choses sans déranger quoi que ce soit, Québec va devenir une ville étirée sur plusieurs kilomètres supplémentaires, un territoire largement campagnard dont les accès au centre-ville et aux pôles majeurs d’activités seront très lourdement congestionnés », plaidait-il.

     

    Sept ans plus tard, on lui reproche encore régulièrement ce revirement sur les ondes des radios privées.

     

    En 2015, le tramway était remplacé par un SRB moins coûteux et moins ambitieux qui a finalement été abandonné récemment.

     

    D’aucuns l’auront oublié, mais la première crise de son administration a été provoquée en 2011 par un projet de voie réservée pour les autobus sur l’autoroute Robert-Bourassa. Éventé dans les médias, le projet avait suscité une levée de boucliers alimentée par la radio. « C’est une déclaration de guerre de l’Hôtel de Ville contre les automobilistes ! » déclarait l’animateur du FM 93 Sylvain Bouchard.

     

    En 2013, le débat a repris quand le ministère des Transports du Québec a voulu aménager une autre voie réservée, sur Henri IV cette fois. Dans ce dossier, le maire Labeaume s’est rangé du côté des automobilistes et le ministre péquiste des transports, Sylvain Gaudreault, est devenu la nouvelle tête de Turc des animateurs de radios. Une dynamique qui s’est poursuivie une fois les libéraux au pouvoir, jusqu’à ce qu’on finisse par abandonner pour de bon l’idée de la voie réservée.

     

    Récemment, l’opposition à l’Hôtel de Ville, qui s’était pourtant fait la championne du transport en commun, s’ajoutait aux anti-SRB en prétextant qu’il s’agissait d’un mauvais projet. En entrevue, sa chef, Anne Guérette, concède que l’idée d’un 3e lien n’est pas la solution au trafic. Pas question d’afficher clairement son opposition à un 3e lien. « Quand le gouvernement aura terminé ses études, on pourra se positionner clairement là dessus. »

     

    À des jeunes pro-transport en commun qui l’interpellaient cette semaine, Régis Labeaume a dit qu’il souhaitait régler le problème avant de laisser la politique. Mais ce, après la prochaine élection. « Le projet de SRB est mort, mais je vous garantis que je vais rester en politique tant qu’on n’aura pas réglé la question de l’établissement à Québec d’un service de transport collectif d’envergure. »

     

    Trois fois plus d’argent pour les autoroutes Fonds investis par le gouvernement du Québec en 2016-2017

    Transport en commun : 692 millions

    Réseau routier : 2 milliards

    Source: Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec

     

    Ce texte fait partie de notre section Perspectives.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.