Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Chat échaudé…

    Michel David
    11 janvier 2018 |Michel David | Québec | Chroniques

    Au printemps dernier, le premier ministre Couillard avait cru faire un bon coup en accédant à la demande des organismes qui réclamaient la création d’une commission d’enquête sur la discrimination systémique et le racisme. L’opposition du PQ et de la CAQ démontrerait leur penchant pour l’intolérance et l’exclusion.

     

    L’Ontario avait fait un exercice semblable un an plus tôt et tout le monde s’était entendu pour le qualifier de succès. Tout naturellement, M. Couillard avait cru que ce qui était bon ailleurs au Canada devait nécessairement l’être au Québec.

     

    On connaît la suite. L’affaire a fait boomerang et c’est son gouvernement qui s’est vu reprocher de vouloir faire le procès de la société québécoise. À tort ou à raison, plusieurs y ont vu un facteur important de la cuisante défaite libérale à l’élection partielle dans Louis-Hébert, dont le PLQ ne s’est pas encore remis.

     

    Le premier ministre en a rapidement tiré les leçons et a viré à 180 degrés. Celle qui avait orchestré ce cafouillage, Kathleen Weil, a été mutée aux Relations avec la communauté anglophone, et la consultation prévue a été remplacée par un forum éclair sur les problèmes d’employabilité des immigrants, lequel avait toutes les apparences d’une sortie de secours.

     

    Il y a quelques mois, M. Couillard aurait peut-être accueilli avec enthousiasme la proposition du Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), qui a demandé au gouvernement fédéral d’instituer une « Journée nationale d’action contre l’islamophobie », qui coïnciderait avec le premier anniversaire de la tuerie à la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2017. Chat échaudé craint cependant l’eau froide.

     

    Encore une fois, le PQ et la CAQ sont contre, pour les mêmes raisons qui avaient motivé leur opposition à la commission sur la discrimination systémique et le racisme. Et, sans surprise, Québec solidaire y est de nouveau favorable.

     

    Au bureau du premier ministre, on ne ferme pas la porte, mais on préfère réfléchir davantage avant de prendre officiellement position. « Tout ça est en analyse chez nous », a expliqué son porte-parole. À huit mois et demi de l’élection générale, est-ce bien avisé de donner aux partis d’opposition l’occasion de relancer un débat dont le PLQ ne peut rien espérer de bon ?

     

    Même si elle risque d’être un jour invalidée par les tribunaux, on estime au gouvernement que l’adoption de la loi sur la neutralité religieuse de l’État permettra de maintenir le couvercle sur la marmite jusqu’au 1er octobre. Libre au PQ ou à la CAQ de rouvrir le dossier s’ils sont appelés à former un gouvernement.

     

    Si Ottawa accepte d’instituer une Journée nationale d’action contre l’islamophobie le jour anniversaire de la tuerie à la grande mosquée, François Legault ne manquera pas de crier au Quebecbashing et il y a fort à parier qu’un grand nombre de Québécois penseront la même chose. « Il s’agit du geste intolérable d’une seule personne et non pas celui d’une société entière. Les Québécois sont ouverts et accueillants, ils ne sont pas islamophobes », peut-on lire dans le communiqué diffusé par la CAQ.

     

    En sérieux recul dans l’électorat francophone, Jean-François Lisée ne voudra certainement pas abandonner ce terrain à son rival caquiste. La députée de Taschereau, Agnès Maltais, a donné un coup de semonce en brandissant l’épouvantail islamiste par excellence, Adil Charkaoui. Bref, le risque de récupération politique est dangereusement élevé.


     

    Bien sûr, il y a des islamophobes au Québec, comme partout en Occident, mais il y a aussi un ras-le-bol de la culpabilisation collective. Ceux qui font la promotion d’une Journée nationale d’action contre l’islamophobie sont sans doute bien intentionnés, mais leur initiative pourrait avoir l’effet inverse de celui qu’ils recherchent.

     

    Personne ne nie la nécessité de garder vivant le douloureux souvenir de la tragédie de Québec, qui a bouleversé l’ensemble de la société québécoise, mais il serait malheureux que cela contribue à aviver les tensions plutôt qu’à les apaiser. L’idée n’est certainement pas de provoquer un autre de ces psychodrames qui ont déjà fait suffisamment de tort au Québec et à tous ceux qui l’habitent au cours des dernières années.

     

    Le mieux est souvent l’ennemi du bien. Déjà, une Journée internationale de lutte contre l’islamophobie est célébrée le 10 décembre dans plusieurs pays. Cela n’empêche nullement de commémorer le drame de Québec le 29 janvier et de manifester notre solidarité envers la communauté musulmane, mais il serait irresponsable de précipiter les choses. Sur une question aussi délicate, il vaut mieux laisser le temps au temps. À Québec, on connaît bien le concept du fruit qui doit encore mûrir. Quelqu’un devrait l’expliquer à la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, avant qu’elle ne commette une nouvelle sottise.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.