Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le député Claude Surprenant réprimandé par ses pairs

    L’ex-caquiste a financé des activités partisanes avec des fonds publics

    7 décembre 2017 | Marie-Michèle Sioui - Correspondante parlementaire à Québec | Québec
    Le député indépendant Claude Surprenant
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le député indépendant Claude Surprenant

    Dans un geste inédit, l’Assemblée nationale a réprimandé mercredi le député Claude Surprenant en raison de ses manquements éthiques.

     

    Les élus du Parlement ont ainsi suivi la recommandation du commissaire à l’éthique, qui a blâmé le député de Groulx parce qu’il aurait permis ou toléré que des activités partisanes de son personnel soient financées par des fonds publics.

     

    Les ex-collègues caquistes de Claude Surprenant se sont levés au Salon bleu pour marquer leur appui au rapport du commissaire. Leurs confrères libéraux et péquistes en ont fait autant. Les députés indépendants Gaétan Lelièvre et Martine Ouellet, de même que les députés solidaires Amir Khadir, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, se sont abstenus de voter.

     

    Des fonds publics pour du travail partisan

     

    Dans un rapport déposé vendredi, le commissaire à l’éthique a reproché à Claude Surprenant d’avoir utilisé des fonds publics pour payer des employés qui faisaient du travail partisan pour lui, entre 2014 et 2016, pendant qu’il était député de la Coalition avenir Québec (CAQ).

     

    Le rapport a aussi noté que le député a tenté « d’induire le commissaire en erreur » sur des questions de remboursement de dépenses et conclu que l’élu a contrevenu au Code d’éthique des élus en confiant des contrats à sa conjointe.

     

    « Je réitère que j’étais de bonne foi dans tous les gestes que j’ai faits », s’est défendu Claude Surprenant mardi. « Avoir eu à expliquer à chacun l’arnaque subie et ses conséquences au cours des 10 derniers mois a été toute une sentence pour moi », a-t-il ajouté dans une déclaration faite en Chambre. Le député de Groulx a été exclu du caucus de la CAQ en janvier.

     

    La CAQ impliquée

     

    Devant ses collègues parlementaires, Claude Surprenant a rappelé que la CAQ avait validé l’embauche, à son bureau de circonscription, du président de l’aile jeunesse du parti. Comme l’a noté le commissaire à l’éthique dans son rapport, la Commission de la relève de la CAQ avait auparavant modifié son règlement interne afin de permettre à son président d’occuper des fonctions rémunérées par des fonds publics.

     

    Dans une déclaration qui a essentiellement écorché son personnel politique, Claude Surprenant a aussi déclaré que son attachée politique Lucie Nadeau avait approuvé l’octroi d’un contrat à sa conjointe. « Elle m’est revenue en me disant que c’était OK, puisqu’elle était architecte », a-t-il déclaré.

     

    QS et les indépendants s’abstiennent

     

    Dans un point de presse organisé après le vote, Amir Khadir a déclaré que les membres de son parti se sont abstenus de voter pour ne pas participer à la « mascarade » que représentait selon lui la réprimande — la première à être imposée depuis la création du poste de commissaire à l’éthique, en 2011. « Condamn[er] à l’unanimité alors qu’on ne l’a jamais fait pour personne d’autre, c’est tellement profondément inéquitable que ça relève de l’injustice, et on ne voulait pas participer à ça », a-t-il déclaré, reconnaissant néanmoins que Claude Surprenant a « manqué de jugement » et « contrevenu aux règles ».

     

    Jacques Saint-Laurent était commissaire à l’éthique depuis 2011. Il a été remplacé par Ariane Mignolet le 18 mai. Son mandat l’avait jusqu’ici amené à formuler diverses critiques, mais aucun blâme.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.