Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Départ de Jean-Louis Dufresne: changement de ton et de style

    Couillard entreprendra la «transformation» du Québec sans son vieil ami

    14 septembre 2017 | Marco Bélair-Cirino à Val-d’Or | Québec
    Le premier ministre visitait des installations de Technologie Élément PSW à Val-d’Or mercredi après-midi.
    Photo: Marco Bélair-Cirino Le Devoir Le premier ministre visitait des installations de Technologie Élément PSW à Val-d’Or mercredi après-midi.

    Le premier ministre, Philippe Couillard, a un vaste programme d’ici les prochaines élections générales : effectuer la « transformation économique et sociale » du Québec.

     

    « Le monde change à une vitesse folle. Il faut qu’on soit, nous autres également, en changement. Il faut qu’on soit en avant du changement ! » a lancé le premier ministre après la visite des installations de Technologie Élément PSW à Val-d’Or mercredi après-midi.

     

    Aux côtés d’un robot soudeur, le chef de gouvernement — pour qui l’essai The Fourth Revolution : The Global Race to Reinvent the State constitue une source d’inspiration — a notamment dit miser sur la diffusion de l’innovation « dans nos régions » afin d’inciter les « jeunes entrepreneurs [à y] demeurer ».

     

    À titre de directeur de cabinet, Jean-Louis Dufresne a « très, très bien accompli » la « restauration » et la « rénovation » du Québec en assainissant les finances publiques et en relançant l’activité économique au cours des trois dernières années et demie, a répété M. Couillard dans un impromptu de presse.

     

    M. Dufresne n’entreprendra pas pour autant la « transformation » du Québec — que M. Couillard décrit comme la « seconde phase » dans la vie de son gouvernement. « Juste pour marquer le changement », il se départ de son conseiller numéro un et ami de longue date. À l’approche des prochaines élections générales, le gouvernement libéral doit adopter un « style » et un « rythme » différents, a-t-il convenu. « Le message est simple : il faut parler au monde. Il faut écouter les besoins réels des citoyens. Il faut y répondre. On peut maintenant le faire parce qu’on s’est donné les moyens de le faire. […] On aura un beau projet pour le Québec en 2018 […] qui va s’appuyer sur le fait de vivre mieux, vivre de façon plus simple également, quand on a affaire avec l’État notamment. »

     

    M. Dufresne demeurera en fonction jusqu’à vendredi. Il a d’ailleurs pris part mercredi à la séance du Conseil des ministres à l’hôtel Forestel de Val-d’Or, où tous les élus libéraux se réuniront jeudi et vendredi afin de préparer leur retour à l’Assemblée nationale, mardi prochain. Jean-Pascal Bernier, 38 ans, lui succédera officiellement lundi prochain.

     

    Malaise dans le camp libéral

     

    M. Couillard a cherché toute la journée à dissiper l’impression que le caucus avait eu la peau de M. Dufresne — qualifié de « raide », de « carré » par plus d’un élu libéral. « Avez-vous déjà connu un chef de cabinet de premier ministre qui fait l’unanimité dans un caucus ? a-t-il demandé aux journalistes agglutinés autour de lui. C’est une des positions les plus difficiles qui existent en politique : on est toujours entre l’arbre et l’écorce. »

     

    Le chef du gouvernement s’est aussi lavé du reproche de ne pas prêter suffisamment attention aux préoccupations des députés libéraux, qui ne font pas partie du Conseil des ministres. « Je suis très près de mon caucus. Je n’arrête pas de me promener avec eux [les élus libéraux] en région », a-t-il lancé, soulignant du même souffle la « relation excellente » entre les élus libéraux et lui. Il en a donné pour preuve « tous » les projets parrainés par ses députés qui voient le jour aux quatre coins du Québec.

     

    M. Couillard a néanmoins réitéré mercredi sa volonté de « donner plus de place » aux jeunes au sein de son équipe ministérielle, et ce, tout en éloignant la perspective d’un remaniement ministériel. « C’est le temps de donner un peu de souffle nouveau, mais on va le voir dans quelques semaines, dans quelques mois, […] pas aujourd’hui », a-t-il spécifié à la presse.

     

    Le malaise envahissait l’hôtel Forestel avant le coup d’envoi de la séance du Conseil des ministres mercredi matin.

     

    D’ailleurs, plusieurs ministres ont esquivé les questions des journalistes sur le départ de M. Dufresne, de son adjointe, Johanne Whittom, ainsi que du directeur des communications, Harold Fortin. Tous préféraient plutôt se réjouir publiquement de la vitalité de l’économie québécoise, ne faisant pas de cas de la croissance des revenus des ménages québécois parmi les plus faibles au Canada. « Moi, je suis ici pour vous parler d’économie. On va continuer à vous parler d’économie », a répété comme un mantra le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand.

     

    « Force est d’admettre, lorsqu’on a un regard objectif, qu’on devrait d’une part dire : “Bon, il y a peut-être des [problèmes], mais aussi des éléments qui vont bien” », a affirmé le leader parlementaire, Jean-Marc Fournier, tout en soulignant la nature ingrate de la fonction de directeur de cabinet du chef du gouvernement québécois. « Ce n’est pas un travail très facile. […] C’est sept jours sur sept. C’est pratiquement 24 heures sur 24. Je ne veux pas vous faire pleurer… »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.