Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    La destruction des milieux humides contribue aux inondations

    11 mai 2017 | Québec
    Marco Bélair-Cirino à l’Assemblée nationale
    Dave Noël
    Le développement effréné des milieux humides et hydriques des cinquante dernières années contribue aux inondations, selon Canards illimités Canada.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le développement effréné des milieux humides et hydriques des cinquante dernières années contribue aux inondations, selon Canards illimités Canada.

    Les milliers de Québécois touchés par les inondations paient le lourd prix du développement effréné des milieux humides et hydriques des cinquante dernières années, constate avec regret Canards illimités Canada. L’organisme de bienfaisance reproche au ministère de l’Agriculture de s’en être fait le complice.

     

    Entre 40 % et 80 % de la superficie des milieux humides au Québec aurait disparu depuis la fondation de la Nouvelle-France, selon la littérature scientifique. Dans la grande région de Montréal, ce serait plus de 85 % de cette superficie qui aurait été saccagée. « Bien que les pertes historiques de milieux humides n’aient pu être documentées de manière directe, ces chiffres sont certainement réalistes puisqu’ils correspondent aux estimations avancées pour d’autres régions de l’Amérique du Nord », ont souligné les auteures d’un rapport d’analyse de la situation des milieux humides au Québec, Stéphanie Pellerin (Université de Montréal) et Monique Poulin (Université Laval).

     

    La superficie totale de milieux humides s’élève aujourd’hui à 189 593 km2, soit 12,5 % du territoire québécois. Cette proportion baisse à 9,5 % du territoire dans les basses terres du Saint-Laurent.

     

    En milieu riverain, les tourbières agissent à titre de zone tampon lors de la fonte des neiges ou encore de pluies abondantes, puisqu’elles absorbent les surplus d’eau avant de les laisser, par la suite, lentement s’écouler. « Les milieux humides ont un rôle de gestion de l’eau à partir de l’amont vers l’aval. Donc, plus tu retiens de l’eau dans ton paysage, moins elle va arriver vite dans la plaine inondable. Mais c’est sûr que, quand les phénomènes s’alignent avec un hiver avec beaucoup de neige, des précipitations importantes, une fonte qui s’accélère… eh bien, on se retrouve avec la situation actuelle », a fait valoir le directeur de Canards illimités Canada, Bernard Filion, lors de l’étude du projet de loi 132 à l’Assemblée nationale, mercredi.

     

    Il a accusé le ministère de l’Agriculture de complicité dans la destruction des berges du fleuve Saint-Laurent et de ses affluents en drainant des eaux. « Les conséquences de ces travaux de cours d’eau furent d’augmenter sensiblement la densité des cours d’eau sur le territoire, d’augmenter la capacité de transport et d’évacuation de l’eau et, par le fait même, d’augmenter la capacité de transport des sédiments, a expliqué M. Filion. Mais il faut tout de même se rappeler et prendre acte que les paysages de la vallée du Saint-Laurent ont été fortement perturbés, qu’ils connaissent toujours des pressions et que c’est la réalité avec laquelle nous devons composer. »

     

    Le projet de loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques pose le principe « d’aucune perte nette de milieux humides et hydriques ». Il prévoit notamment « la possibilité d’exiger, pour certains types d’intervention dans des milieux humides et hydriques, une compensation comme condition à la délivrance d’une autorisation lorsqu’il n’est pas possible d’éviter, de réduire ou d’atténuer l’atteinte aux milieux ». Ces « compensations » seraient versées au Fonds de protection de l’environnement et du domaine hydrique de l’État afin de financer des programmes de restauration et de création de milieux humides et hydriques.

     

    Par ailleurs, le projet de loi 132 octroie au ministre de l’Environnement la possibilité de « conserv[er] à titre d’aire protégée » ou de frapper d’« une autre mesure de conservation » des milieux se distinguant par leur intégrité, leur rareté ou encore leur superficie.

     

    Le représentant de Canards illimités s’explique mal pourquoi des dizaines de milliers de Québécois élisent domicile dans une zone inondable, même dite « de récurrence 100 ans ». « Les gens ne réalisent pas ou ne comprennent pas ce que ça veut dire : une récurrence centenaire, c’est une chance sur cent qu’un phénomène se produise, mais il peut se produire trois ans d’affilée », a-t-il lancé en commission parlementaire.

     

    L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) « accueille positivement » le projet de loi 132. « On pourrait [supposer] que les constructeurs de maisons neuves sont réfractaires au présent projet, car il crée une barrière possible à la construction résidentielle, mais je tiens à vous préciser que l’APCHQ […] invite les parlementaires à l’adopter… en intégrant bien sûr nos recommandations », a indiqué l’entrepreneur en construction Stephen Boutin.

     

    Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, s’en est réjoui. « De voir que sur les principes, aujourd’hui, on a Canards illimités et l’APCHQ du même côté, c’est quand même quelque chose d’intéressant à souligner », a-t-il fait valoir.

     

    M. Boutin a profité de son passage en commission parlementaire pour « partager [les] pensées et offrir [le] soutien [des membres de l’APCHQ] aux nombreuses personnes affectées par les inondations ». « C’est un sujet d’actualité, il faudra du courage et de la résilience pour surmonter une telle épreuve. Nous sommes de plein coeur avec eux », a-t-il déclaré aux membres de la Commission des transports et de l’environnement.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.