Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Éducation

    De faux engagements

    Robert Dutrisac
    21 mars 2017 |Robert Dutrisac | Québec | Éditoriaux

    À la faveur des deux dernières mises à jour automnales, le ministre des Finances, Carlos Leitão, tout sourire, annonçait qu’il dénouait ses goussets et engageait des dépenses supplémentaires en éducation pour boucler l’année. Or les élèves et les étudiants à qui ces sommes étaient destinées n’en ont jamais vu la couleur en raison des délais engendrés par les contrôles administratifs.

     

    En novembre 2015, Carlos Leitão dégageait 20 millions d’ici la fin de l’année financière, le 31 mars 2016. L’année suivante, le ministre annonçait l’ajout de 35 millions de plus pour finir l’exercice 2016-2017. Dans les écoles secondaires, ces sommes devaient servir spécifiquement à pallier les difficultés de certains élèves en lecture, en écriture et en mathématiques, et à soutenir les élèves handicapés ou qui éprouvent de sérieuses difficultés d’apprentissage. Une partie de la manne était réservée aux cégeps pour combler des besoins semblables.

     

    Le hic, c’est que les règles budgétaires, que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) définit mais que le Conseil du trésor doit approuver, ne sont pas divulguées en temps utile pour que les dépenses soient engagées dans l’année en cours. Autrement dit, les commissions scolaires et les cégeps, qui ne savent pas comment ces dépenses supplémentaires doivent être réparties, ne les font tout simplement pas.

     

    En clair, cela signifie que les 20 millions qui devaient être dépensés dans l’année scolaire 2015-2016 n’ont pu l’être. De même, les commissions scolaires attendent toujours les règles budgétaires pour les millions promis l’automne dernier et destinés à l’année en cours.

     

    Ces délais n’influent pas seulement sur ces sommes ponctuelles, mais sur l’ensemble des règles budgétaires de l’année scolaire. Depuis quelques années, commissions scolaires et cégeps se plaignent de ces délais qui nuisent à leur planification. Ainsi, le Conseil du trésor n’a approuvé qu’à la fin décembre les règles budgétaires imposées aux cégeps alors que leur année débute le 1er juillet. Résultat : dans l’incertitude, les cégeps n’ont pas mis en place certaines mesures spécifiques.

     

    Depuis deux ans, le gouvernement Couillard sabre les dépenses publiques dans son effort pour atteindre l’équilibre budgétaire. Pour dorer la pilule, il annonce des réinvestissements en cours d’année. Mais, en définitive, c’est de la poudre aux yeux puisque aucun élève ou étudiant ne profite de cette opération de relations publiques.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.