Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Lettre

    La laïcité ouverte: une coquille vide

    15 mars 2017 | Gisèle Filion - Montréal, le 13 mars 2017 | Québec

    Dans son article intitulé L’incohérence de la laïcité « ouverte », Daniel Baril a parfaitement raison, les interventions du gouvernement Couillard à propos de la laïcité sont tellement tordues que non seulement elles ne règlent rien, mais elles ajoutent à la confusion. Comment pourrait-il en être autrement d’une laïcité qui, pour se vanter d’être ouverte, s’ouvrirait sur son contraire ?

     

    De la même façon, quand on se plaît à condamner l’islamophobie sans jamais la définir, cela permet de condamner tout discours qu’on ne veut pas entendre. À propos de certains discours haineux rencontrés sur le Net, encore là, la confusion sert mieux que la clarification. Pour contrer les propos haineux rencontrés sur le Net, un bon gouvernement ne devrait-il pas faire oeuvre éducative en expliquant clairement la différence entre la critique d’une idéologie et les propos haineux contre ceux qui partagent cette idéologie ? Là encore, on se montre plus rapide à condamner qu’à éduquer. Le gouvernement Couillard préfère museler qu’éduquer ! Il semble passé maître dans l’art de semer la confusion, au point où son discours sur la laïcité ressemble à une coquille vide. N’est-ce pas pire que la langue de bois ?













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.