Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettre à Jean-Martin Aussant - Nous ne savons plus où nous allons

    Je me sens floué. Le fait est qu’Option nationale ne te survivra pas.

    28 juin 2013 |Yannick Cormier - Président d’Option nationale dans Laurier-Dorion de mai à septembre 2012 | Montréal
    Jean-Martin Aussant lors du congrès d’Option nationale en mars dernier. Pour l’auteur, « ON est un parti animé d’une formidable volonté désormais décapité ».
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Jean-Martin Aussant lors du congrès d’Option nationale en mars dernier. Pour l’auteur, « ON est un parti animé d’une formidable volonté désormais décapité ».

    Jean-Martin,


    Le 19 juin dernier, tu as décidé de te retirer : politique et famille sont un pari intenable. Je suis, parmi d’autres, empathique. Tu reviendras. Plus d’une semaine est passée et les critiques à ton endroit sont pour ainsi dire inexistantes. Les médias sont passés à autre chose, on salue ton engagement, le ralliement règne au parti. Cependant, on ne peut s’empêcher de noter le ton bon enfant des cris de résilience des plus passionnés. « ON continue » inonde les réseaux sociaux, ponctués de l’optimisme de mes anciens collègues. Rappelons Parizeau : « On se crache dans les mains et on recommence. » Je ne peux pourtant m’empêcher, dans les circonstances, de nier le faux-semblant. On s’interroge : où s’en va-t-on ? Qu’est-ce qu’on fait ? nous dirait Miron.


    Le 20 juin dernier, Josée Boileau écrivait que tu « jouis d’un tel capital de sympathie auprès des jeunes à qui [tu as] redonné la flamme de l’engagement souverainiste que peu d’entre eux oseront dire qu’ils se sentent floués ». La dame n’a pas tort ; mais moi, je me sens floué. Le fait est qu’Option nationale ne te survivra pas. Fruit de ta défection du PQ, le parti a été poussé par une parenthèse historique. La crise du souverainisme émergeant clairement depuis 2011, puis Occupy, le printemps érable et leurs sursauts de militantisme ont gonflé les effectifs, mais pas la qualité de l’organisation. Se sont ainsi regroupés d’admirables déterminés autour d’une figure charismatique, beau chic beau genre (comparer avec l’effet Boisclair ? Jamais…) vulgarisant le projet de façon décomplexée. Le problème était que le message véhiculé était personnalisé : Aussant, le vertueux démissionnaire. Qui se souvient des candidats, à l’exception de Catherine Dorion ?


    Ce n’est pas en tes membres que je ne crois plus, mais en l’organisation qui reste. Dès la campagne de 2012 émergeaient des problèmes : mobilisation tardive, manque de formation militante des membres, lacunes de communications avec le Conseil national, unilatéralisme, en ne parlant pas du silence sur le départ de têtes dirigeantes ou des capsules en espagnol, merci Infoman, etc. Pour toutes ces raisons et d’autres, mon nationalisme conservateur n’aidant pas, j’ai renoncé à la présidence de Laurier-Dorion après le 4 septembre. Je suis demeuré membre… jusqu’au 19 juin.


    ON est un parti animé d’une formidable volonté désormais décapité. Et l’avenir ? Le parti va faire face au test du réalisme politique. Je rêve de te dire qu’il sera à la hauteur, mais le politique en 2013 implique plus que la ferveur militante. Il demande la notoriété, une organisation, un effectif professionnel et le leadership de sphères dirigeantes et compétentes de la société. ON n’a que des fragments de cela, et devient, avec ton retrait, moins attrayant. Le verdict de l’opinion sera infaillible à la prochaine élection. C’est une formation en crise d’adolescence, composée d’étudiants, d’intellectuels et d’artistes sincères, qui a été larguée. Ton choix a été difficile et malgré mes propos, je le comprends. Laisse-moi par contre reprendre Michel David : et si tu avais été élu ? Et si des alliances avaient abouti ?


    Tu as, contre ton gré, personnalisé un souverainisme décomplexé porté sur les vagues du printemps érable, et il m’est difficile de ne pas te comparer à un feu de paille. Ce retrait arrive en pleine crise du souverainisme et celui-ci n’aidera pas à la surmonter. Tant à ON, au PQ, qu’ailleurs, ce départ illustre que nous, souverainistes, ne savons plus où nous allons. Lorsque les slogans de résilience ne feront plus effet, certains militants retourneront à leur confort indifférent. C’était le début d’une grande aventure, pouvais-tu nous dire le 4 septembre dernier.


    Les plus tenaces n’abandonneront pas, ils iront ailleurs. Parce que le printemps érable est terminé et parce que tu es parti sans clarté ni succession.

     

    Yannick Cormier - Président d’Option nationale dans Laurier-Dorion de mai à septembre 2012

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel