M. Lisée, on se calme le pompon… au sujet de la convergence ?

Si j’avais été un conseiller de M. Lisée la semaine passée, je lui aurais suggéré de se calmer le pompon au sujet de la convergence avec Québec solidaire (QS). L’ultimatum lancé par le chef du Parti québécois (PQ) à QS dimanche dernier ne favorise en rien un rapprochement entre les deux formations. À la place, je lui aurais aussi conseillé de prendre le téléphone et d’appeler Manon Massé pour entamer la discussion « sur le fond ». Ne serait-il pas temps que le PQ et QS cessent de s’interpeller par médias interposés et se parlent de vive voix ? À moins que le plan de M. Lisée, jamais à court d’une stratégie alambiquée, soit le suivant : pousser QS à dire non à la convergence, pour ensuite lui faire porter l’odieux de la « division du vote » lors du prochain scrutin. Pour le bien du Québec, souhaitons que ce ne soit pas le cas. À son élection à la chefferie, M. Lisée a décrété que son parti voulait s’engager dans cette voie, mais ses propres membres ne se prononceront qu’en septembre prochain. Que signifie la convergence pour le PQ au juste ? Des pactes de non-agression, un partage de circonscriptions (si oui, dans combien d’entre elles ?) pour présenter des candidatures communes (choisies comment), une alliance programmatique plus ou moins minimale, etc. ? Sur quelles bases se ferait cette convergence : trois, quatre mesures phares, lesquelles ? De son côté, QS est engagé depuis le début 2017 sur la voie du renouveau politique. À son Conseil national de novembre dernier, ses membres ont adopté une résolution mandatant la direction du parti de lancer un vaste chantier qui interpelle les partis politiques ainsi que les mouvements sociaux afin de trouver des solutions au blocage politique actuel. Depuis ce temps, QS tient des rencontres avec ces acteurs, à l’exception du PQ […], et discute avec eux sur la base d’un projet clair qui constitue une proposition de base négociable. Pour QS, battre les libéraux en 2018 n’est pas un projet de société. Notre objectif est beaucoup plus ambitieux pour les Québécois et Québécoises. Qu’en pense M. Lisée ? Est-il prêt à aller au bout de la volonté du peuple québécois, qui, au-delà d’en avoir assez du PLQ au pouvoir, aspire à vivre dans une société plus égalitaire et solidaire ?

38 commentaires
  • Marc Tremblay - Abonné 10 mai 2017 00 h 35

    Massé et son comté

    J'ai lu quelque part que le PLQ a manigancé avec Manon Massé pour qu'elle garde son comté, moyennant qu'elle s'opposera à une convergence avec le PQ aux élections de 2018.

    À vérifier.

    • Pierre Jobin - Abonné 10 mai 2017 08 h 35

      Et moi, j'ai lu quelques parts que le PQ payait des gens pour répandre des rumeurs sur QS......

      À vérifier.

      Je sais, ce que je viens de dire ressemble à de la diffamation. Et vous, le savez-vous ?

    • Jean Jacques Roy - Abonné 10 mai 2017 09 h 16

      Franchement Monsieur Tremblay, le papier absorbe l'encre et on peut y écrire n'importe quoi!
      Si j'en juge votre commentaire, vous donnez foi à tout ce que vous lisez "quelque part" ou sur n'importe quel torchon... et même plus, vous prenez plaisir à propager ce n'importe quoi pour calomnier une députée intègre.

    • Christian Montmarquette - Inscrit 10 mai 2017 11 h 23

      À Marc Tremblay,

      "J'ai lu quelque part que le PLQ a manigancé avec Manon Massé.. " -Marc Tremblay

      À mon avis, ce sont les commentaires comme les vôtres qui sont à vérifier.

      Si vous cherchez une véritable information avec références sur des manigances entre le Parti libéral et un autre parti...

      Je vous recommande fortement celle-ci, qui plus est, est très facilement vérifiable :

      «Le PQ n'opposera pas de candidat à Couillard dans Outremont » - La Presse, 04 novembre 2013

      Christian Montmarquette

    • Jean Jacques Roy - Abonné 10 mai 2017 13 h 24

      Vous avez tout à fait raison avec cet exemple de 2013 où Madame Marois n'a présenté aucun candidat du PQ, pour laisser la place au candidat du PLQ.

      Mais pas besoin d'aller si loin, lorsque maintenant JFL ne présente pas de candidat ou de candidate dans Gouin, à qui fait-il la faveur ? Au candidat de QS ou aux candidats opposés à GND? C'est-à-dire la CAQ et le PLQ.

      Si je tire des conclusions par rapport aux partisans et sympathisant.es du PQ qui écrivent dans ce journal, je n'en vois aucun et aucune qui aurait manifesté de l'ardeur ni pour la convergence et ni pour soutenir la candidature de GND dans Gouin!

    • Benoit Toupin - Abonné 10 mai 2017 16 h 13

      N'est-ce pas la coutune de ne pas présenter un candidat contre un nouveau chef de parti lors d'une partielle; il ne faut pas tout mêler.

      Pour ce qui est des commentaires provenant de ce que Monsieur Roy identifie comme des partisans du PQ, je dois conclure que le miroir ne sert pas beaucoup chez certains commentateurs pro-QS et je dirais même que cela pourrait s'appliquer à Monsieur Lesssard.

      Pour certains le seul sport à pratiquer est la diabolisation, par tous les biais possibles, de tous les gestes du PQ; comme si La CAQ et la PLQ n'existaient pas. Il est un peu normal que cette pratique, qui n'est certainement pas majoritaire chez les membres de QS et même souhaité par eux, entraine des répliques qui ne sont pas contre QS mais contre cette façon de faire déplaisante et inappropriée.

      Il y a quelques choses d'un peu puéril et de bien peu crédible à voir les gestes de l'autre toujours tientés d'une intention mesquine et à s'attribuer droits et vertus...

      Pour QS battre le PLQ n'est pas un projet de société; quel sophisme, évidemment que non. Mais pour le faire son projet de société, il faut bien un jour être au commande, seul ou avec d'autres...

    • Christian Montmarquette - Inscrit 10 mai 2017 17 h 39

      À Benoit Toupin,

      "Pour certains le seul sport à pratiquer est la diabolisation, par tous les biais possibles, de tous les gestes du PQ; comme si La CAQ et la PLQ n'existaient pas." - Benoit Toupin

      Permettez-moi de vous retourner le compliment M. Toupin.

      - Pourquoi le PQ ne cesse-il pas de rendre Québec Solidaire responsable de tous ses déboires et la division qui n'a pourtant reçu que 320,000 votes, alors que la CAQ, elle, en a reçu près d'un million?

      Sachant cela,

      1) La CAQ ne contribue-t-elle donc pas trois fois plus que Québec Solidaire à la division du vote francophone au Québec?

      2) Pourquoi le PQ ne fait-il donc que blâmer les progressistes de QS d'exister en ne disant jamais un mot contre les néolibéraux de droite de la CAQ?

      En ce qui me concerne la réponse est évidente.

      C'est parce que PQ est bien plus l'allié de la droite fédéraliste de la CAQ que de la gauche souverainiste de Québec Solidaire dont il souhaite comme de nombreux péquistes sur cette tribune la totale disparition.

      Des propos pourtant jamais tenus contre la CAQ et à laquelle le Parti québécois semble tout à fait reconnaitre le droit d'exister.

      Christian Montmarquette

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 10 mai 2017 04 h 59

    M.Lessard,vous avez raison,le peuple aspire a vivre

    comme vous le dites.Alors qu'arrivera-t-il si le PLQ est réélu? On aura tous le bec a l'eau et l'air stupide.Belle affaire,n'est-ce pas.
    Nonobstant le PLQ,nous avons la chance de regarder dans la meme direction tout a fait a l'opposée direction du PLQ .Et en plus nos regards sont francs encore une fois
    a l'opposé du PLQ.
    Il n'est pas question de demander a quiconque de se saborder,il s'agit pour un temps de ramer ensemble pour devancer l'adversaire commun et du bien commun.Si les divergences grandes ou petites demeurent ,au moins la route sera
    nettoyée et large.

    • Anne Arseneau - Abonné 10 mai 2017 13 h 35

      Monsieur Grisé,

      J'essaie de vous mettre un «j'aime» mais pour une raison que j'ignore, ça ne fonctionne pas. Alors voilà, j'aime beaucoup votre commentaire !

      Et je suis pas mal certaine que nous sommes nombreux.

    • Gilles Théberge - Abonné 10 mai 2017 17 h 52

      On est au moins 2.

      J'essaie aussi de mettre un «j'aime» sur votre commentaire, parce que je suis d'accord, et je n'y parviens pas...

  • Christian Montmarquette - Inscrit 10 mai 2017 05 h 19

    PQ « Expert en «coquille-vide»

    Jean-François Lisée ne manque pas de culot de faire pression de la sorte sur Québec Solidaire afin qu'il se positionne sur sa Convergence alors que le PQ n'a mis "aucune" propositions concrètes sur la table afin qu'elles puissent être étudiées et débattues en Congrès. Une autre coquille-vide péquiste qui démontre non seulement la mauvaise foi du Parti québécois, mais que toute cette mise en scène politique n'est en fait qu'une pré-campagne électorale contre Québec Solidaire visant à faire à lui faire porter le chapeau de l'élection du Parti libéral et alors que Jean-François Lisée lui-même avait reconnu aux débats du Devoir que la défaite du Partu québécois n'était pas conséquente à la présence de Québec Solidaire, mais au pire score électoral du Parti québécois depuis 1970.

    Christian Montmarquette

    • Jean-François Trottier - Abonné 10 mai 2017 09 h 33

      Et vous ne manquez pas de culot de le lui reprocher.

      Encore une fois, des dizaines de lignes anti-PQ, rien contre le PLQ, vous ne ressentez pas une petit gêne ?

      QS mérite le chapeau à tout point de vue, non pas parce qu'il refuse la convergence mais parce qu'il refuse la clarté. On dit oui et on négocie, ou bien on dit non, mais pas les deux en même temps!
      C'est ce que Lisée demande parce qu'il a son voyage de voir QS étirer la sauce et créer une fausse attente dans les médias, pas mal comme GND qui les a fait poireauter un mois durant avant une décision qu'il avait déjà prise.

      Votre agenda pend de tous les bords.

      Comme toujours QS, et surtout vous, M. Monmartquette, passez le plus clair de votre temps à attaquer le PQ et presque par bribes le PLQ. Plus ridicule que ça...

      Quand GND est arrivé, j'ai dit que ses attaques à l'emporte-pièce allaient rendre QS ringard en une demi-génération. Il semble qu'on y est déjà rendu, ce qui est assez étonnant comme record de vitesse : vos attaques ont déjà l'air de vieilles chaises grinçantes.

      Il n'y a qu'un expert ici, M. Montmarquette. Mettez le chapeau, il vous va.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 10 mai 2017 09 h 38

      Que signifie alors pour vous la Réélection du PLQ,une victoire pour les
      québecois ou une défaite amere pour tous?
      Souffrir encore 4 ans les affres et les coups de cette malchance ou est-il préférable de s'engager maintenant contre un océan de problemes comme le disait Shakespeare,rajoutons solidairement,fraternellement
      ensemble.Vous me donnez l'impression de détester vos compatriotes
      québecois.Ne me dites pas que PQ et PLQ ,c'est la meme chose SVP.

    • Christian Montmarquette - Inscrit 10 mai 2017 11 h 39

      À Jean-Pierre Grisé,

      "Que signifie alors pour vous la Réélection du PLQ,une victoire pour les québecois (sic) ou une défaite amere (sic) pour tous?" - Jean-Pierre Grisé

      Qu'il ne servirait à rien de remplacer une droite par une autre. Et que si le PQ avait changé le mode de scrutin pendant qu'il était au pouvoir et qu'il était encore temps en 2014, au lieu de le retirer de son programme en 2011. Nous n'en serions pas là, et tout le monde aurait démocratiquement et proportionnellement tous les votes qu'ils méritent au prorata des votes reçus, au lieu d'aider le Parti libéral à se construire des petites forteresses locale imprenables.

      Le PQ n'a donc qu'à s'en prendre à lui-même s'il est mécontent. Parce que pour QS.. PQ, CAQ ou PLQ, c'est toute la même poutine néolibérale, anti-écologique et antisociale.

      Christian Montmarquette

    • Jean Jacques Roy - Abonné 10 mai 2017 11 h 45

      Monsieur Trottier, je ne vois pas pourquoi vous vous irritez! Le commentaire de Monsieur Montmarquette ne fait qu'appuyer les propos de Stéphane Lessard qui reproche à Monsieur Lisée de pousser dans le dos des membres de QS par rapport au Congrès qu'ils tiendront dans 15 jours.

      Pourquoi faudrait-il dans les colonnes d'aujourd'hui que Monsieur Montmarquette dévie la conversation pour mettre en procès le PLQ? À ce que je sache, ce sont PKP et JFL qui font appel à la convergence, non le PLQ!

    • Benoit Toupin - Abonné 10 mai 2017 14 h 10

      Voici ce que la coquille vide de Monsieur Montmarquette vous a donné...

      1976-85 : La charte de la langue française / Loi sur le financement des partis politiques / Loi anti-briseur de grève / Loi sur la protection du territoire agricole / Création de Société de l’assurance automobile / Loi sur l’aménagement et l’urbanisme / Création du ministère de l’environnement / Création du régime Épargnes-Actions / Création de la Commission de la santé et de la sécurité au travail / Création des normes du travail / Loi sur l’accréditation et le financement des associations d’élèves et d’étudiants / Création du Fonds de solidarité de la FTQ.

      1994-2003 : Loi sur l’équité salariale / Loi sur l’équilibre budgétaire / Création des Centres de la petite enfance / Création du régime publique d’assurance médicaments / Création de la société Investissements Québec / Création d’Héma-Québec / La Paix des braves / Politique de nationalisation de l’eau / La journée nationale des patriotes.

      2012-14 : Fin du nucléaire et de l’amiante / Annulation de la loi 78 / Sommet sur l’enseignement supérieur et annulation de la hausse des droits de scolarité / Élections à date fixe et révision des règles de financement des partis politiques / Projet de loi 52 sur les soins de fin de vie / Maternelle à 4 ans dans des zones de pauvreté afin de lutter contre le décrochage scolaire / projet de loi 1 sur l'intégrité des contrats publics / Dépôt du projet de loi 14, la réforme de la Charte de la langue française / Dépôt du projet de loi 67 sur l'assurance autonomie / Dépôt de la Charte sur la laïcité.

      Je vous laisse juger... Et le PQ est toujours aussi studieux dans la préparation de ses propositions pour l'avenir.

    • Christian Montmarquette - Inscrit 10 mai 2017 16 h 30

      "Je vous laisse juger." - Benoit Toupin

      Alors, jugeons.

      1) Les CPE ne sont pas tant une réalisation du PQ que la victoire d’une lutte sociale accomplie par des années de mobilisations.

      2) Pendant que le PQ-Bouchard installait un régime public d’assurance-médicaments, il coupait du même souffle dans la gratuité des médicaments à l’aide sociale donnant aux plus pauvres à choisir entre manger ou se soigner.

      3) En quoi le soutien aux entreprise vais Investissement Québec est-il progressiste, alors qu’il s’agit encore d’aider la classe dominante et les compagnies?

      4) En quoi la Paix des Braves a-t-elle sorti les Premières nations de la misère et de la marginalité au Québec, alors qu’on ne cesse d’entendre parler de tous les drames sociaux, de la pauvreté t des problèmes de santé qu’elles endurent?

      5) Pour autant que je sache, l’eau potable n’a pas été nationalisée et les multinationales comme Nestley pompent toujours nos nappes phréatiques à un prix dérisoire pour la revendre à prix d’or sans que le gouvernement de reçoivent des redevances équitables.

      6) Le PQ a fait l’hypocrite en annulant la loi 78, mais en laissant le règlement P-6 en place qui avait exactement le même effet.

      7) Marois a joué sur les mots en remplacent le mot "gel" par "indexation" des frais de scolarité.
      8 ) Le PQ n’a même pas respecté sa propre loi des élections à date fixe en déclenchant les élections deux avant avant le temps en 2014.

      9) La loi sur le financement des parti politique est conséquente à la Commission Charbonneau elle-même issue d’une mobilisation citoyenne de 3 ans alors que le PQ lui-même a été reconnu coupable de magouilles et fraudes électorales.

      10) La décision de fermer Gentilly était déjà prise au moment où le PQ a pris le pouvoir

      11) La campagne de politique de division sur Charte des valeurs du PQ a non seulement engendré de multiples effets sociaux très nocifs, mais a complètement raté la coche et n’a pas été adoptée.

      - CQF

    • Benoit Toupin - Abonné 10 mai 2017 17 h 21

      1) Vous retirez très facilement le crédit à Mme Marois...
      2) Un grand bénéfices pour un grand nombre de personnes.
      3) Réponse doctrinaire et simpliste. Quelle façon de diviser entre bon et mauvais et d'oublier le développement régional si nécessaire à notre équilibre et à l'occupation de notre territoire.
      4) La paix des braves, un beau geste de respect qui ne peut à lui seul tout régler; alors il aurait fallu ne pas le faire...
      5) Il reste beaucoup de travail à faire effectivement...
      6) Le règlement P-6 est municipale...
      7, 8, 9 et 10) Ca ne vaut pas la peine de répondre...
      11) Si le débat a déraper il y a plusieurs causes et responsables; chacun doit se regarder dans le miroir..

    • André Joyal - Abonné 10 mai 2017 20 h 03

      MM Trottier et Grisé je vous envie. Moi, à chaque fois que je veux critiquer qui vous savez de QS, malgré mon abonnement depuis 35 ans, le Grand Senseur refuse mon message...

    • Christian Montmarquette - Inscrit 11 mai 2017 04 h 35

      À Benoit Toupin,

      Je ne déconstruitrai qu'un seul exemple de votre liste. Car je n'ai pas que ça à faire passer mon temps à déconstruire vos inepties:

      "Le règlement P-6 est municipale... (sic) " - Benoit Toupin

      Alors, apprenez cette notion élémentaire que les villes sont des créatures du gouvernement provincial. Et les lois provinciales ont préséances sur les lois municipales.

      Si Marois a retiré la Loi 78, rien ne l'empêchait de contraindre Montréal de retirer le règlement municipal P-6 par une loi provinciale, qui justement, a été partiellememt déboutée à la Cour Supérieure du Québec.

      Référence :

      "La Cour supérieure du Québec invalide deux articles du règlement P-6 de la Ville de Montréal sur les manifestations : l'article 2.1 interdisant le port d'un masque et l'article 3.2 obligeant à fournir un itinéraire avant une manifestation spontanée." - Radio-Canada, 22 juin 2016.

      .

  • Colette Richard-Hardy - Abonné 10 mai 2017 08 h 01

    la mouche du coche

    À l'assemblée nationale, Québec solidaire fait vraiment le travail pour le parti libéral.
    Il semble travailler comme la mouche du coche...une nuisance sans nom.
    Cessez de vous cacher sous le terme souverainiste, on ne vous croit pas car vous faites tout pour maintenir les libéraux au pouvoir.
    Vous vous croyez supérieur mais vous ébruitez sans fondement.
    Le Parti québécois sert le peuple Québécois depuis le début peut-être a-t-il fait des erreurs mais qui n'en fait pas...ceux qui parlent de choses qu'ils n'ont jamais vécu.

    • Christian Montmarquette - Inscrit 11 mai 2017 06 h 07

      À Colette Richard-Hardy,

      "Cessez de vous cacher sous le terme souverainiste, on ne vous croit pas.." Colette Richard-Hardy

      On ne vous croit pas...

      - Qui ça? - On? - Vous? - Les péquistes?

      Mais certainement pas les 17% des francophones qui appuient désormais Québec Solidaire au Québec.

      Et question de crédibilité souverainiste..

      Avant de faire la leçon aux autres Mme Hardy.

      - Quels citoyens disposant d'un minimum d'analyse et d'esprit critique autre que d'aveugles partisans péquistes, peuvent encore considérer le PQ comme un parti souverainiste? Quand on sait que le PQ n'aura pas eu de référendum au programme durant 28 ans en 2022?

      - Le PQ n'est plus un parti souverainiste depuis 1995 avec la mise en place des Conditions gagnantes de Lucien-Lucide Bouchard.

      Depuis des années, tous les chefs du PQ semblent se faire concurrence pour savoir qui oserait reporter le référendum le plus loin possible!

      Bernard Landry 2003:1000 jours d'attente (3 ans); Pauline Marois: deux mandats (8 ans); PKP: Vide abyssal, refus de répondre; Landry 2017: 3 mandats (24 ans); Bernard Drainville: 10 ans de report; Lisée deux mandats successifs nécessaires (8 ans).. Aussi bien dire la semaine des quatre jeudi!

      Ce n'est pas pour rien que Jean-Martin Aussant avait claqué la porte du PQ pour fonder son propre parti. C'est parce qu'il en avait plus que soupé des tergiversations du PQ sur la question nationale.

      Christian Montmarquette

  • Gilles Delisle - Abonné 10 mai 2017 08 h 30

    Le PQ n'en a que faire de QS

    Depuis le temps que QS s'amuse à faire la fine bouche, en ce qui a trait à l'identité nationale, le PQ devrait laisser tomber cette convergence devenue totalement inutile avec les gens qui dirigent cette formation. Contrairement à Pierre Bourgault et son parti RIN, au début des années 70, qui avait compris que pour réaliser son objectif premier qu'était l'indépendance de ce pays , il devait absolument joindre le parti de Lévesque même si ces deux chefs n'étaient pas de grands amis. Il faut qu'un parti politique comprenne aisément où se trouve l'intérêt supérieur de la nation, ce qui fait cruellement défaut à QS.

    • Pierre Michaud - Abonné 10 mai 2017 13 h 32

      Pierre Bourgault justement a quitté le PQ parce que celui ci tendait de plus en plus vers le néolibéralisme quand il a pris le pouvoir en 76 . Votre exemple sur Bourgault est tout faux .! Le PQ a biffé de son programme en 2011 la réforme du scrutin et tout l'aspect social démocratie de son programme afin de plaire aux électeurs de la CAQ.! Il vous en manque des bouts je pense.!

    • Gilles Delisle - Abonné 10 mai 2017 17 h 59

      Non , M. Michaud, plutôt que de vous dire des âneries, je vous suggère la lecture du livre de Claude Cardinal, "Une histoire du RIN". Le Chapitre XXI, entre autres, sur " Le temps d'une dissolution", p.464, vous y trouverez ces paroles P. Bourgault:
      "Nous n'avons pas le droit d'aller au PQ pour y semer des difficultés: le PQ sera et devra être notre parti autant que le RIN le fut durant huit ans. Nous avons une seule arme: la générosité; nous affrontons un seul danger, la peur de nous-mêmes, la peur de l'inconnu qui nous attend la semaine prochaine, la peur de nos faiblesses. Pour la dernière fois de ma vie, je dis: Vive le RIN! Et pour la première fois de ma vie , je dis: Vive le Parti Québécois! C'était en octobre 68, bien avant 1976! Instruisez-vous, Monsieur Michaud!

    • Jean Jacques Roy - Abonné 11 mai 2017 11 h 23

      C'est certain, Monsieur Delisle que le RIN s'est sabordé en 68.
      C'est vrai également que Bourgault a été un certain temps membre du PQ.
      Mais, en même temps, tout le monde sait que Bourgault a été marginalisé du PQ, très tôt au cours des années 70.
      Pour quelle raison?
      1- Bourgault n'était pas d'accord avec l'étapisme de la stratégie Morin
      2- Surtout, Bourgault ne partagait pas le concept de "souveraineté-association" proposé par la droite péquiste et devenu la doctrine officielle.

      De sorte que Monsieur Michaud a tout à fait raison de dire qu'une des raison du départ de Bourgault, c'est le fait que le PQ s'est éloigné de la social-démocratie pour adopter d'emblée la doctrine du néo-libéralisme.