La radio existe encore et est écoutée

Je viens de lire l’article de Catherine Lalonde dans l’édition du jeudi 20 avril du Devoir intitulé « Ceux qui passent au numérique y restent ». L’article relate les résultats d’un nouveau rapport du Centre d’études sur les médias concernant la consommation des médias. Je n’ai pas lu ce rapport. Je constate, moi aussi, que les jeunes, et des moins jeunes, sont plutôt axés sur les médias numériques. Mais, à première vue, j’ai deux commentaires concernant ce rapport : un échantillon de 28 personnes est plutôt mince et on ne mentionne rien quant à la méthodologie utilisée pour avoir sélectionné ce très faible nombre de répondants ; pour ce qui est des résultats, j’aurais aimé voir le mot « radio » dans l’article, car, ce qui est mon cas, lorsque je suis en voiture et même lorsque je suis à l’ordinateur, j’ai la radio de Radio-Canada en background. Évidemment, ayant travaillé 28 ans à Radio-Canada, j’ai un biais envers cette radio que, à ce jour, je trouve très intéressante, qui s’est renouvelée et semble toujours avoir un auditoire assez substantiel.

1 commentaire
  • Pierre Raymond - Abonné 21 avril 2017 11 h 04

    1952

    À partir de l'arrivée de la télévision en 1952, tout a été dit sur la disparition éminente de la radio et près de 65 ans plus tard, je n'ai plus de téléviseur mais toujours un appareil radio.