Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Migrants: l’ONU juge «inhumaine» la coopération UE-Libye

    Le haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, lors d'une allocution en juin dernier à Genève
    Photo: Fabrice Coffrini Archives Agence France-Presse Le haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, lors d'une allocution en juin dernier à Genève

    Genève — Le haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a vivement dénoncé mardi la détérioration des conditions de détention des migrants en Libye, jugeant « inhumaine » la coopération de l’Union européenne avec ce pays.

     

    « La communauté internationale ne peut pas continuer à fermer les yeux sur les horreurs inimaginables endurées par les migrants en Libye, et prétendre que la situation ne peut être réglée qu’en améliorant les conditions de détention », a déclaré M. Zeid dans un communiqué, affirmant que « la politique de l’UE consistant à aider les garde-côtes libyens à intercepter et renvoyer les migrants [est] inhumaine ».

     

    « La souffrance des migrants détenus en Libye est un outrage à la conscience de l’humanité », a-t-il ajouté.

     

    Cet appel intervient alors que le groupe de contact sur la route migratoire en Méditerranée centrale — réunissant 13 pays européens et africains, dont la Libye — a décidé lundi, à Berne, en Suisse, d’améliorer les conditions des migrants dans les centres de détention en Libye tout en promouvant de nouvelles solutions.

     

    Le haut-commissaire dénonce l’aide fournie par l’UE et l’Italie aux garde-côtes libyens pour arrêter les migrants en mer, « malgré les inquiétudes exprimées par les groupes de défense des droits de l’homme » sur le sort des migrants en Libye. « Les interventions croissantes de l’UE et de ses États membres n’ont jusqu’à présent pas servi à réduire le nombre d’abus subis par les migrants. »

     

    Réagissant à ces critiques, un porte-parole de l’UE a indiqué à l’AFP que Bruxelles souhaitait renforcer les capacités des garde-côtes libyens pour sauver des vies tout en s’assurant que les migrants sont renvoyés dans des « centres de réception qui soient en conformité avec les standards humanitaires internationaux ».

     

    « Les centres de détention en Libye doivent être fermés. La situation dans ces camps est inacceptable », a-t-il ajouté, soulignant par ailleurs que Bruxelles finance les activités de protection des migrants de l’ONU en Libye.

     

    « Notre système de surveillance montre en fait une détérioration rapide de leur situation en Libye », relève M. Zeid, précisant que des « observateurs des droits de l’homme » s’étaient rendus, du 1er au 6 novembre, à Tripoli pour visiter des centres de détention du Département libyen de lutte contre la migration illégale et s’entretenir avec les migrants détenus.

     

    D’après les chiffres du Département libyen de lutte contre la migration illégale, cités par l’ONU, 19 900 personnes se trouvaient dans ces centres début novembre, contre environ 7000 à la mi-septembre. Cette forte augmentation des détentions fait suite à des affrontements meurtriers à Sabratha, ville de l’ouest de la Libye devenue la plateforme de départs des migrants vers l’Europe.

     

    « Les observateurs de l’ONU ont été choqués par ce qu’ils ont vu : des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants émaciés et traumatisés, empilés les uns sur les autres, enfermés dans des hangars […] et dépouillés de leur dignité », explique M. Zeid.

     

    Hommes, femmes et enfants détenus dans ces centres ont raconté à l’ONU avoir été battus par les gardes. « Ils nous battent tous les jours, ils utilisent des bâtons électriques, juste parce que nous demandons de la nourriture ou un traitement médical ou des informations sur ce qui va nous arriver », a déclaré un migrant camerounais aux observateurs de l’ONU.

     

    Les femmes sont violées par les trafiquants d’être humains, mais aussi par les gardes des centres officiels de détention.

     

    « Nous ne pouvons pas être un témoin silencieux de l’esclavage des temps modernes », a conclu le haut-commissaire, exhortant les autorités libyennes à ne pas détenir les migrants.

     

    Selon les derniers chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) publiés mardi, environ 157 000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer depuis le 1er janvier (contre quelque 341 000 durant la même période en 2016), dont 75 % en Italie. Près de 3000 sont morts en tentant la traversée.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.