Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    De l’utilité des frontières

    « C’est un devoir d’accueillir les personnes qui sont persécutées dans leur pays d’origine : c’est ce qu’on appelle l’asile. Mais on sait très bien aussi que l’asile est parfois détourné par des migrants économiques. »

     

    Voilà ce qu’expliquait la semaine dernière Alain Juppé en marge d’un entretien avec le premier ministre Philippe Couillard, à Québec. Alain Juppé a précisé qu’il n’entendait évidemment donner de leçon à personne… Mais chacun aura compris que l’ancien premier ministre français tenait à rappeler une vérité élémentaire qui, faute d’être bien comprise, est en train de semer le désarroi dans les populations.

     

    Le Québec n’est pas le seul pays à être confronté aux réalités difficiles des migrations modernes. À cause de leur position géographique et de la négligence de l’Union européenne à protéger ses frontières, les pays européens se sont récemment retrouvés en première ligne. Or, si ces pays ont des devoirs essentiels à l’égard de ceux dont la vie est menacée, il importe de rappeler qu’il n’en va pas de même à l’égard des migrants économiques.

     

    À Londres au printemps, j’ai eu la chance d’en parler avec l’auteur d’un livre éclairant sur le sujet (Stranger in Our Midst : The Political Philosophy of Immigration, Harvard University Press). « Le débat sur l’immigration produit beaucoup de frictions mais peu de lumières », me disait David Miller. Baignant dans un milieu universitaire où la défense des frontières est aussitôt soupçonnée de racisme et de xénophobie, ce professeur d’Oxford a voulu démystifier certains points de vue largement répandus.

     

    « La question des réfugiés est souvent traitée de manière très moraliste, dit-il. Mais on ne peut perdre de vue l’impact très sérieux que l’immigration peut avoir sur nos sociétés et nos démocraties. » Selon Miller, si nous avons des devoirs à l’égard de ceux dont la vie est en danger, chaque société reste libre de se déterminer comme elle l’entend à l’égard des migrants économiques.

     

    « Nous avons des devoirs à l’égard des étrangers, mais ils sont limités aux situations extrêmes, dit-il. L’État est d’abord là pour défendre les intérêts de ses citoyens. Je suis contre l’idée cosmopolite d’un traitement égal entre nationaux et étrangers parce que tous les humains devraient être égaux. C’est une demande qui dépasse ce que nos peuples sont prêts à faire. Il est normal de favoriser ses nationaux et ses proches — comme sa famille, d’ailleurs — et on ne peut s’attendre au même degré de solidarité avec des étrangers. »


     

    Cette distinction est en effet la seule façon de garantir la paix sociale et de sortir du débat abscons qui oppose la fermeture totale des frontières à leur disparition pure et simple.

     

    C’est pour avoir entretenu la confusion que la chancelière Angela Merkel a subi une baisse drastique de sa popularité en 2016 après avoir laissé entrer plus d’un million de migrants en Allemagne. Si cette fille de pasteur s’en était tenue à un discours plus réaliste, sans rien renier du devoir d’accueil des réfugiés, nul doute que le parti d’extrême droite AFD et le mouvement anti-immigration Pegida n’auraient pas connu une telle ampleur. D’ailleurs, la chancelière est aujourd’hui revenue à un discours plus pragmatique et promet l’expulsion des centaines de milliers de migrants économiques qui ne répondent pas aux critères du statut de réfugiés.

     

    Justin Trudeau a récemment commis la même erreur — mais par populisme dans son cas — avant de revenir lui aussi à la raison. S’agissant des migrants économiques, selon leurs conditions respectives, les peuples ont le droit de choisir librement de les accueillir ou pas sans devoir subir les noms d’oiseaux qu’on leur adresse généralement, dit Miller.

     

    « Le discours politique contemporain traite souvent de raciste celui qui veut simplement contrôler l’immigration. Il faut distinguer entre le racisme ou la xénophobie et le désir naturel des peuples de préserver leur communauté pour l’avantage mutuel de leurs membres. Traiter ces gens de racistes ne fait qu’aggraver le débat. »

     

    À la fin des années 1980, alors que l’immigration était de moins en moins bien acceptée, le Parlement britannique avait décidé de réduire considérablement l’immigration, rappelle un autre auteur britannique, David Goodhart. La sagesse du Parlement avait alors permis d’éviter une crise. C’est ce qu’il aurait fallu faire pour éviter le Brexit, dit-il. Mais, avec le traité de Maastricht, les États nationaux ont perdu tout pouvoir sur l’immigration intra-européenne. Si au lieu de s’en tenir au dogme de la « libre circulation », Bruxelles avait fait quelques concessions à Londres, on aurait facilement pu éviter le Brexit, croit-il.

     

    Rappelons, comme le souligne David Miller, que la citoyenneté et l’État social sont incompatibles avec la disparition des frontières. À moins qu’on veuille le liquider, l’État providence exige une définition claire de la citoyenneté. Il demande aussi que les citoyens partagent suffisamment de choses en commun pour accepter de se soutenir mutuellement. D’où l’ironie de voir une certaine gauche prêcher cet idéal messianique alors qu’une société sans frontières serait inévitablement une société sans solidarité.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.