Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Égypte - Une Constitution qui renforcerait le rôle politique de l’armée?

    3 décembre 2013 |Agence France-Presse (photo) - Agence France-Presse | Actualités internationales
    L'armée égyptienne sur la place Tahrir.
    Photo: Ahmed Abd El Latif AP L'armée égyptienne sur la place Tahrir.

    Le projet de nouvelle Constitution qui doit encore être soumis à référendum en Égypte consolide la toute puissance de l’armée dans le processus de transition démocratique qu’elle avait promis en destituant le président islamiste Mohamed Morsi, il y cinq mois.

     

    Selon ce texte adopté dimanche, l’armée qui a mis fin à la monarchie en 1952, pris le pouvoir à la suite de Hosni Moubarak chassé par une révolte début 2011, et destitué son successeur, Morsi, le premier président égyptien élu démocratiquement, voit non seulement ses privilèges vieux de six décennies maintenus, mais également son poids sur la vie politique égyptienne renforcé.

     

    Près de trois ans après la révolte populaire lancée dans le tumulte du Printemps arabe, les défenseurs des droits de la personne dénoncent un retour de l’État autoritaire de l’ère Moubarak alors que la répression des partisans de M. Morsi a fait plus d’un millier de morts et que des militants laïcs fer de lance de la révolution sont arrêtés et violemment dispersés en vertu d’une récente loi interdisant tout rassemblement non autorisé par le ministère de l’Intérieur.

     

    C’est dans cette Égypte en crise que les militaires ont réussi à préserver « une indépendance totale, leurs intérêts économiques et leur immunité légale », estime James Dorsey, spécialiste du Moyen-Orient de l’École d’études internationales S. Rajaratnam de Singapour.

     

    Ainsi, le budget de l’armée reste à l’abri de tout droit de regard du Parlement et du gouvernement et ses tribunaux peuvent juger des civils qui s’en seraient pris à son personnel ou à ses équipements.

     

    L’armée accapare en outre une des attributions de l’exécutif en obligeant le gouvernement à obtenir son aval pour la nomination du ministre de la Défense, obligatoirement un militaire.

     

    Le projet, qui sera soumis à un vote populaire au plus tard en janvier, limite toutefois cette disposition à deux mandats présidentiels, soient huit ans.

     

    Pour les experts, ce projet constitutionnel reflète les rapports de force politiques actuels dans le pays.

     

    « L’armée sort gagnante de cette révision, car elle n’a fait aucune concession et a en revanche gagné le droit de choisir le ministre de la Défense, une prérogative normalement attribuée au président élu », selon Mustafa Kamel al-Sayyed, professeur de Sciences politiques à l’Université du Caire.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel