Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Éditorial

    Énergie Est, le pipeline à oublier

    À la demande de TransCanada, l’Office national de l’énergie (ONE) accepte de suspendre l’examen du projet de pipeline Énergie Est jusqu’au début d’octobre. De la suspension à l’annulation définitive, il n’y a qu’un pas que la compagnie devrait franchir, pour des raisons environnementales autant que financières, sociales et même politiques.


    Dans le communiqué publié jeudi dernier, TransCanada justifie sa demande de suspension des audiences de l’ONE par la nécessité de procéder à « une analyse plus minutieuse des changements récemment annoncés par l’ONE en ce qui a trait à la liste des enjeux et des aspects environnementaux des projets, tout en évaluant l’impact de ces changements sur les coûts, l’échéancier et la viabilité des projets ». Malgré le style bureaucratique, tout est là.

     

    Rappelons que l’ONE a décidé, le mois dernier, de prendre en compte les gaz à effet de serre (GES) émis au moment de l’extraction et de la consommation du pétrole transporté par ce nouveau pipeline. Il s’agissait là d’une grande victoire pour les environnementalistes, qui ont toujours soutenu que le projet allait favoriser une augmentation nette de la production de pétrole et ainsi nuire à l’atteinte des engagements canadiens contenus dans l’Accord de Paris.

     

    Pour le Québec, l’annulation possible du projet Énergie Est une bonne nouvelle puisque ce pipeline n’aurait que des retombées économiques à court terme, le temps d’enterrer les 625 km de tuyaux utilisés pendant les soixante prochaines années au moins.

     

    Une petite fraction seulement de ce pétrole destiné à l’exportation aurait été raffinée à l’une ou l’autre des installations existantes le long du parcours total de 4600 km qui sépare l’Alberta du Nouveau-Brunswick.

     

    Or, depuis que le président Trump a signé le décret qui redonne vie à l’autre grand projet de pipeline de TransCanada, Keystone XL, et qu’Ottawa a donné son aval à celui de Kinder Morgan pour exporter vers l’Asie, Énergie Est retombe au bas de la liste des priorités.

     

    La chute du prix des hydrocarbures n’est pas non plus étrangère à la décision de suspendre les travaux. À 50 $ le baril au lieu de 100 $ il y a quelques années, la rentabilité des projets d’exploitation du sable bitumineux n’est plus la même et plusieurs multinationales de l’exploitation ont retiré leurs billes. Il ne suffit pas de construire des pipelines, encore faut-il signer des contrats à long terme avec les producteurs pour assurer un retour sur l’investissement. Selon les dernières évaluations, le Canada devrait accroître sa production de brut de quelque 1,5 million de barils par jour d’ici 2030, soit une quantité inférieure aux projets de pipeline déjà acceptés qui totalisent 1,8 million de b/j. Dans ces conditions, il paraît de plus en plus téméraire d’investir 15,8 milliards de dollars dans Énergie Est pour ajouter 1,1 million de capacité quotidienne de transport au moment où les États-Unis deviennent eux-mêmes des exportateurs nets d’hydrocarbures grâce au gaz et au pétrole de schiste.

     

    Si TransCanada va quand même de l’avant malgré la réalité économique et l’opposition croissante d’une forte proportion du Québec, dont des dizaines de municipalités traversées par le projet, il n’y aura pas que le climat de la planète qui sera affecté, mais aussi le climat social et politique. Personne n’a besoin de ce genre de crise.
     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.