Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les caribous de Val-d’Or envoyés au Zoo de Saint-Félicien

    La harde ne compte plus qu’une vingtaine d’individus en dépit des efforts pour la protéger

    Le caribou forestier a été désigné « espèce vulnérable » au Québec en 2005.
    Photo: Peupleloup CC Le caribou forestier a été désigné « espèce vulnérable » au Québec en 2005.

    Dans un geste sans précédent, le gouvernement du Québec a décidé de capturer les derniers caribous de la harde de Val-d’Or pour les envoyer au Zoo de Saint-Félicien, a appris Le Devoir. Une décision qui pourrait faciliter la vie à l’industrie forestière en Abitibi, puisque la protection du territoire de cette espèce menacée lui impose des contraintes depuis plusieurs années.

     

    Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, devait annoncer vendredi matin, à Val-d’Or, la décision de retirer les quelque 20 caribous forestiers de leur milieu naturel pour les déménager au « zoo sauvage » situé au Lac-Saint-Jean.

     

    Le cabinet du ministre Blanchette a refusé de répondre aux questions du Devoir jeudi. Il n’a donc pas été possible de savoir si le ministère a mené une étude scientifique sur la faisabilité du projet avant de prendre sa décision. Il n’a pas non plus été possible d’obtenir de commentaires du cabinet au sujet du précédent créé par ce retrait d’une population sauvage en péril de son milieu naturel.

     

    Chose certaine, la décision du gouvernement constitue une bonne nouvelle pour le Zoo de Saint-Félicien. L’établissement abrite des caribous depuis plus d’une cinquantaine d’années. Mais en 2015, 19 de ses 21 caribous sont morts subitement. Le zoo espérait recevoir une nouvelle harde en provenance de l’Ouest canadien en 2016, mais le projet a finalement avorté. La direction du zoo n’a pas rappelé Le Devoir.

     

    Cette opération complexe sonnera toutefois le glas d’une des deux dernières populations isolées de caribous des bois du Québec. Celle-ci et celle de Charlevoix (85 têtes) sont en effet uniques, puisqu’elles ne sont pas en contact avec celle, plus importante, située plus au nord.

     

    Le groupe de Val-d’Or se trouve déjà dans une situation critique. En fait, il n’est plus qu’une relique de la population qui fréquentait la région avant son développement industriel.

     

    Territoire protégé

     

    Pour éviter la disparition de cette harde, le gouvernement du Québec avait pourtant mis en place, au fil des ans, des mesures de protection dans le cadre du plan de rétablissement du caribou forestier, désigné depuis 2005 comme « espèce vulnérable » au Québec (il est inscrit comme « espèce menacée » sur la liste fédérale). On espérait ainsi que la harde pourrait atteindre au moins une cinquantaine de bêtes.

     

    Québec a notamment instauré, en 2009, la réserve de biodiversité des Caribous-de-Val-d’Or, qui couvre une superficie de 434,2 km2 et est située au sud-est de la ville. L’objectif était d’offrir aux derniers caribous un secteur où toutes les activités industrielles sont interdites, dont la coupe de bois, mais aussi l’exploration et l’exploitation minière. Des titres miniers sont toutefois actifs aux pourtours de cette zone.

     

    Ce territoire couvre essentiellement l’aire de répartition du printemps à la fin de l’automne. En hiver, les animaux peuvent en effet fréquenter d’autres secteurs, où l’exploitation des ressources naturelles du territoire a pour effet de perturber leur habitat.

     

    En dehors de la réserve de biodiversité, le gouvernement a aussi instauré il y a plusieurs années un plan d’aménagement forestier qui impose des règles plus strictes à l’industrie forestière, dans le but de réduire les impacts sur les caribous. Il est vrai que cette espèce, qui utilise de vastes territoires, est particulièrement sensible au dérangement et à la destruction de son habitat naturel. À titre d’exemple, les chemins forestiers peuvent aisément perturber les secteurs fréquentés par les caribous.

     

    Caribous et emplois

     

    Dans les milieux économiques, certaines voix se sont d’ailleurs élevées pour critiquer « les coûts » du plan de rétablissement du caribou forestier, dont l’Institut économique de Montréal (IEDM). Dans une analyse produite en 2015, l’organisme demandait au gouvernement de « tenir compte de l’impact socio-économique des Plans de rétablissement du caribou forestier et de s’assurer que les coûts ne soient pas disproportionnés avant d’imposer davantage de restrictions sur l’exploitation forestière ».

     

    L’IEDM évaluait aussi que la sauvegarde de chaque caribou pourrait équivaloir au sacrifice de 31 emplois et de revenus de 3,8 millions de dollars, en raison des contraintes plus sévères imposées à l’industrie forestière. En campagne électorale, en 2014, Philippe Couillard avait pour sa part affirmé qu’il ne sacrifierait « pas une seule job dans la forêt pour les caribous ».

     

    Une fois de retour au pouvoir, les libéraux ont d’ailleurs reporté l’application intégrale du plan de rétablissement 2013-2023 du caribou forestier, essentiellement en raison des impacts pour l’industrie forestière. En théorie, ce plan devait permettre de réduire les perturbations sur une partie du territoire de l’espèce. L’objectif final serait de faire augmenter la population de caribous à 11 000 bêtes, alors qu’elle se situe entre 5900 et 8500 à l’heure actuelle.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.