Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    L'ère du prêt-à-jeter

    Le legs toxique de la consommation effrénée

    La consommation effrénée d’appareils électroniques à faible durabilité génère de plus en plus de déchets. Or, ces produits contenant des ressources précieuses et des substances toxiques sont toujours très peu recyclés. Et quand ils le sont, c’est le plus souvent dans des pays du tiers-monde, dans des conditions déplorables.

     

    En 2015, l’humanité devrait consommer plus de 75 millions de tonnes de produits électroniques, si on se base sur la moyenne des données compilées par Le Devoir. Cette consommation représente une hausse de plus de 125 % par rapport à l’an 2000.

     

    Globalement, la durée de vie de ces ordinateurs, téléphones et téléviseurs est limitée à quelques années à peine. Par exemple, les téléphones cellulaires ont une durée d’utilisation moyenne de deux ans à l’échelle du globe. À peine une année ou deux de plus pour les ordinateurs portables, ou encore les tablettes. Quant au téléviseur, le consommateur peut se compter chanceux s’il fonctionne huit ans, soit un peu moins qu’un réfrigérateur.

     

    Dans ce contexte, les consommateurs achètent régulièrement de nouveaux appareils, bien souvent même avant la fin de leur durée de vie utile. La hausse continue des ventes va donc de pair avec un accroissement significatif de la production de déchets électriques et électroniques.

     

    En 2012, 49 millions de tonnes de ces rebuts de notre mode de vie consumériste ont ainsi été générées dans le monde, soit une moyenne de sept kilogrammes par personne. Et selon le Programme des Nations pour l’environnement, la croissance des quantités de déchets atteint de 3 % à 5 % annuellement dans les pays développés. Ce taux serait plus élevé dans les pays en développement. Le monde devrait donc produire plus de 65 millions de tonnes de déchets électroniques et électriques en 2017.

     

    Gaspillage et pollution

     

    Le hic, c’est que cette croissance n’a pas été suivie globalement de programmes de recyclage efficaces. Les estimations, encore là difficiles à préciser, indiquent que plus de 75 % des déchets électriques et électroniques ne se retrouvent jamais dans les circuits officiels de recyclage qui se mettent lentement en place dans le monde.

     

    Or, les appareils qui font partie de notre quotidien contiennent une longue liste de ressources non renouvelables, parfois de grande valeur. Par exemple, un écran d’ordinateur ou un téléviseur contient du zinc, du cuivre, du nickel, de l’argent, ainsi que des métaux ferreux et précieux. Dans les téléphones intelligents ou les ordinateurs, on peut aussi retrouver de l’or, des terres rares ou encore du lithium.

     

    Autant de ressources dont les réserves mondiales tendent à s’épuiser plus ou moins rapidement. C’est ainsi que dans plusieurs cas, les nouveaux projets miniers sont conçus pour aller extraire jusqu’à d’infimes quantités de minerai en traitant d’imposants tonnages bruts tirés de fosses à ciel ouvert, avec les conséquences environnementales que cela suppose.

     

    Nos biens de consommation qui finissent dans les sites d’enfouissement contiennent aussi plusieurs substances hautement toxiques. Dans le cas de nos ordinateurs, la liste comprend notamment du plomb, du mercure, du chrome, du cadmium et des retardateurs de flammes, comme les PBDE.

     

    Fait à noter, la migration de plusieurs de ces contaminants vers les milieux naturels a déjà été démontrée. À titre d’exemple, le recours accru aux PBDE a conduit à une hausse très significative des concentrations de ces substances chez les bélugas du Saint-Laurent. Ils font même partie des suspects pointés par les chercheurs pour expliquer les problèmes de reproduction de l’espèce.

     

    Place au recyclage

     

    Continuer sur cette voie de consommation excessive des ressources et de pollution à grande échelle apparaît donc de plus en plus insensé, selon Annie Leonard, militante américaine et réalisatrice du documentaire The Story of Stuff. « Il s’agit d’un système en crise, parce qu’il s’agit d’un système linéaire. Or, nous vivons sur une planète ayant des ressources limitées. Et il n’est pas possible de gérer indéfiniment un système linéaire sur une planète dont les ressources et l’espace sont limités. »

     

    Des programmes de recyclage se mettent progressivement en place dans certaines régions du monde. Au Québec, le circuit officiellement reconnu s’articule depuis deux ans autour de l’Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE), qui compte des programmes dans la plupart des provinces canadiennes. Son financement, à hauteur de 44 millions de dollars en 2013, est assuré par l’écotaxe payée à l’achat par les consommateurs.

     

    La directrice générale de l’ARPE au Québec, Dominique Lévesque, fait valoir que près de 10 000 tonnes métriques de produits ont été récupérées dans les 650 points de collecte de la province l’an dernier. Elle n’est toutefois pas en mesure de préciser ce qui a été récupéré et envoyé dans le réseau de recycleurs, pour y être trié et démantelé. Impossible également de savoir quelle proportion des déchets produits ici est recyclée. On ignore donc totalement si le Québec fait bonne figure ou s’il est un cancre environnemental.

     

    Dans certains cas, se départir d’un appareil électroménager peut aussi relever du chemin de croix. Le Devoir a eu beau contacter deux centres officiellement reconnus par RECYC-QUÉBEC, mais aussi une municipalité et un écocentre, il n’a jamais été possible de trouver un endroit où aller porter un vieux micro-ondes. Celui-ci a fini à la poubelle.

     

    Pour Estelle Richard, organisatrice communautaire aux Amis de la Terre, ce cas de figure n’a rien d’exceptionnel. Elle estime que s’il existe effectivement des initiatives porteuses pour favoriser le recyclage de nos appareils électriques et électroniques, celles-ci sont toujours « nettement insuffisantes ». Selon elle, il serait primordial d’accroître l’accès à des lieux de collecte, notamment dans les grands centres.

     

    Pour le moment, une partie du matériel récupéré au Québec est le fait de circuits qui échappent à tout contrôle. Les quantités sont impossibles à évaluer. Ce qu’on sait, cependant, c’est que ces produits s’ajoutent à ceux collectés ailleurs en Amérique du Nord (8 millions de tonnes par année aux États-Unis) et ensuite expédiés, par conteneur, vers la Chine. Ce pays a servi de déversoir pour plus de 35 millions de tonnes de déchets en 2012. C’est donc en Asie, mais aussi au Ghana, au Nigeria et en Inde qu’on délocalise toujours l’essentiel de notre héritage toxique.

     

    Ironiquement, c’est aussi dans certains de ces pays que sont fabriqués les produits électroniques que nous consommons à un rythme sans précédent. Dans ce cas, le coût est surtout humain puisque de nombreux témoignages et reportages témoignent des conditions inhumaines dans lesquelles sont fabriqués, par exemple, nos téléphones intelligents.

     

    Le cas le plus médiatisé est celui de Foxconn, fabricant des iPhone et iPad en Chine. Les travailleurs sont forcés d’effectuer, à une cadence effrénée, des semaines de travail dépassant les 60 heures. Ils dorment dans des dortoirs surpeuplés et vivent en reclus dans leur complexe industriel. Face à des vagues de suicides, Foxconn a réagi. Elle a fait installer des filets antisuicide pour décourager les travailleurs de se jeter des fenêtres de leurs dortoirs. Et les aubaines sont toujours au rendez-vous pour les consommateurs d’ici.

    Un reportage d'Envoyé spécial sur les usines de Foxconn fabricant les iPhone et iPad.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.