Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La saison de chasse à la baleine a été bonne en Norvège

    La Norvège vient d’achever ce qui est de loin la plus importante chasse commerciale à la baleine de l’année, alors qu’elle a abattu près de 600 cétacés dans l’Atlantique Nord.

     

    Selon des données provenant des chasseurs, 590 petits rorquals ont été harponnés au cours des derniers mois.

     

    « La chasse a été bonne cette année. Nous avons eu 17 bateaux engagés et ils ont pris 590 baleines. C’est 125 de plus que l’an dernier », a déclaré à l’Agence France-Presse le responsable d’une organisation de chasseurs, la Norges Smaahvalfangerlag, Truls Soloey. « La demande de viande a été plus élevée, l’intérêt des professionnels plus fort et les conditions météorologiques ont été bonnes », a-t-il ajouté.

     

    Ouverte le 1er avril, la saison de la chasse a été close le 30 septembre. Reste que les mises à mort sont en deçà des quotas fixés par la Norvège. Les chasseurs étaient autorisés à tuer 1286 petits rorquals cette année.

     

    Contrairement au Japon, qui affirme pratiquer une chasse « scientifique » tout en vendant la viande des baleines abattues, la Norvège pratique carrément une chasse commerciale. Le pays est d’ailleurs le seul, avec l’Islande, à mener ce type de chasse. Les deux États rejettent en effet le moratoire international sur la chasse commerciale décrété en 1986 pour empêcher l’extinction de plusieurs espèces de cétacés.

     

    Selon les autorités norvégiennes, les petits rorquals - une espèce qu’on observe fréquemment dans le Saint-Laurent en été - sont suffisamment abondants pour supporter une certaine pression de chasse. Les baleines sont harponnées à l’aide de canons lance-harpons à tête explosive, une invention du Norvégien Svend Foyn.

     

    Chasse controversée

     

    L’Islande tue pour sa part des rorquals communs, une espèce menacée de disparition. Mais elle peine à vendre sa viande de baleine, dont le commerce est controversé dans plusieurs pays européens. Et son unique client international, le Japon, est pris avec des stocks importants de viande invendue. Depuis 2003 - année où elle a repris la chasse après 20 ans d’interruption -, l’Islande a tué 496 petits rorquals et 280 rorquals communs.

     

    Quant au Japon, sa chasse dite « scientifique » a été contestée par l’Australie devant la Cour internationale de justice. Canberra demande l’arrêt complet des campagnes japonaises dans l’Antarctique. Une décision du plus haut organe judiciaire des Nations unies est attendue dans les prochains mois. Environ 10 000 baleines ont été tuées par le Japon depuis 1987.

     

    C’est essentiellement la chasse intensive menée au XXe siècle qui a fait disparaître une bonne partie des espèces de cétacés. Ces animaux sont aujourd’hui confrontés à plusieurs menaces, dont la principale est la pollution sonore causée par la navigation, l’exploration sismique, le sonar militaire et le développement industriel.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.