Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le Québec champion de la lutte contre la pauvreté

    Les politiques d’austérité des libéraux n’ont pas fondamentalement changé le portrait

    La pauvreté a eu tendance à reculer au Québec, en raison principalement de politiques sociales plus généreuses à l’égard des familles avec enfants.
    Photo: Michaël Monnier Le Devoir La pauvreté a eu tendance à reculer au Québec, en raison principalement de politiques sociales plus généreuses à l’égard des familles avec enfants.

    Le Québec est le champion en matière de lutte contre la pauvreté au Canada, concluent des experts de McGill.

     

    Le Canada a été le théâtre de deux phénomènes diamétralement opposés depuis au moins une vingtaine d’années. D’un côté, différentes mesures favorisant la pauvreté ont généralement suivi une trajectoire à la hausse en Ontario, en Colombie-Britannique et en Alberta, sous le coup notamment de politiques valorisant la logique du marché et le resserrement des dépenses publiques. De l’autre côté, la pauvreté a eu tendance, au contraire, à reculer au Québec, en raison principalement de politiques sociales plus généreuses à l’égard des familles avec enfants et de mesures comme la mise en place d’un réseau de garderies subventionnées, encourageant l’accès au marché du travail, rapporte une équipe de cinq experts pilotée par le sociologue de l’Université McGill Axel Van den Berg dans un ouvrage lancé lundi et intitulé : Combating Poverty. Quebec’s Pursuit of a Distinctive Welfare State.

     

    L’écart grandissant s’observe pour toutes les mesures de pauvreté, y compris sous sa forme extrême. Le Québec réussit particulièrement bien pour les familles avec enfants dont les deux parents travaillent, avec seulement 2 % sous la mesure de faible revenu, contre 5 % en Ontario et plus de 12 % en Alberta. « Le Québec est aussi bon, en ce domaine, que les meilleurs pays d’Europe du Nord », a expliqué en entretien téléphonique au Devoir Axel Van den Berg, qui fait aussi la comparaison dans son livre avec les États-Unis, la France, les Pays-Bas et la Finlande. « Il fait bien aussi pour les familles monoparentales [13 %], mais son avantage est moins spectaculaire. » Il arrive par contre en queue de peloton en ce qui concerne les adultes seuls et sans enfants.

     

    Le Québec est aussi l’endroit au Canada où une famille avec des enfants qui se retrouve dans la pauvreté a le plus de chance de s’en sortir au fil des ans.

     

    Plus généreux, même après l’austérité

     

    Cette belle performance du Québec s’explique sans doute par un niveau de dépenses sociales beaucoup plus important que dans les autres grandes provinces canadiennes. Déjà plus élevées que les autres dans les années 1990, ces dépenses ont continué d’augmenter durant les vingt années qui ont suivi en proportion de la taille de son économie, alors qu’elles faisaient, ailleurs, au mieux du surplace. Les dépenses publiques dans les programmes d’aide au revenu et de soutien à l’accès au marché du travail se sont élevées, par exemple, en 2011-2012, à l’équivalent de 6 % du produit intérieur brut au Québec, contre environ 4 % en Ontario, un peu moins en Colombie-Britannique et seulement 2 % en Alberta.

     

    Encore une fois, cette plus grande « générosité » des politiques québécoises s’observe particulièrement pour les familles avec enfants, rappelle Axel Van den Berg. « On semble avoir décidé un jour de viser une sorte de modèle social-démocrate inspiré des pays nordiques. » Loin d’être passive, cette aide de l’État part du principe que le travail rémunéré est le moyen le plus efficace de sortir de la pauvreté et poursuit explicitement l’objectif d’encourager le retour ou le maintien dans le marché du travail.

     

    Basée sur plusieurs données jusque-là inédites, la recherche de l’équipe de l’Université McGill s’arrête au début des années 2010. Sachant que la question allait tout de suite surgir, les chercheurs ont mis à jour quelques-uns de leurs chiffres pour voir si les politiques d’austérité du gouvernement québécois des dernières années étaient venues changer le portrait des choses. « Le Québec qu’on décrit dans le livre tient le coup, rapporte Axel Van den Berg. Les compressions du gouvernement Couillard n’ont presque pas affecté les programmes et leurs résultats. C’est assez logique, quand on y pense. Il n’y avait pas de grandes économies à y faire, contrairement à de grands postes de dépenses, comme la santé et l’éducation. »

     

    Un modèle pour le reste du Canada

     

    Occupé à préparer le lancement de son livre, le sociologue n’avait pas encore eu le temps de jeter un coup d’oeil au rapport d’experts commandé par Québec sur l’idée d’un revenu minimum garanti et également dévoilé lundi. « Nos propres recherches montrent, en tout cas, qu’il peut y avoir d’autres moyens efficaces de réduire la pauvreté. »

     

    Certains feront valoir que le niveau d’endettement plus élevé du gouvernement du Québec montre que son modèle coûte cher et n’est peut-être pas viable à long terme, notent les auteurs du livre. D’un autre côté, les programmes de lutte contre la pauvreté ne coûtent pas si cher, et l’économiste québécois Pierre Fortin a montré que le réseau de garderies subventionnées pouvait générer plus de revenus que de dépenses.

     

    Familiarisés à l’originalité du cas québécois, les experts du reste du Canada seront curieux de pouvoir se pencher sur ces nouvelles données, mais ne devraient pas être trop étonnés par les grandes conclusions auxquelles elles permettent d’arriver, croit Axel Van den Berg. Mais il est fort probable qu’il en soit autrement des politiciens et du public en général, où le Québec est rarement cité en exemple et où la tendance générale reste fortement marquée par le modèle « néolibéral ».

     

    Le cas québécois est quand même souvent évoqué, à Ottawa, comme dans d’autres provinces, notamment en ce qui a trait à ses garderies.

     

    « Je demeure plutôt optimiste, dit Axel Van den Berg. C’est de cette façon que se sont bâtis nos grands programmes sociaux au Canada, comme le régime des pensions et l’assurance maladie. Une province innove dans un domaine et sert d’exemple à tous les autres. »

    Combating Poverty: Quebec Pursuit of a Distinctive Welfare State
    Axel Van den Berg, Charles Plante, Hicham Raïq, Christine Proulx et Sam Faustmann. University of Toronto Press, Toronto, 2017, 213 pages.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.