Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Énergie

    L’avenir du gaz canadien reste toujours sombre

    La production de gaz naturel a bondi de 40% au sud de la frontière sur dix ans, alors qu’elle a fait du surplace de ce côté-ci.
    Photo: Source Junex La production de gaz naturel a bondi de 40% au sud de la frontière sur dix ans, alors qu’elle a fait du surplace de ce côté-ci.

    Le Conference Board n’en démord pas. Les cieux ne sont pas favorables aux producteurs de gaz naturel canadiens. Sur le plan financier, l’industrie est condamnée à lutter pour sa survie pour quelques années encore.

     

    Dans une note de conjoncture industrielle, le Conference Board du Canada s’attarde au marché canadien de l’extraction du gaz naturel. Très présents dans le gaz de schiste et dans la distribution de gaz naturel liquéfié (GNL), les États-Unis ont changé la donne. « Les perspectives des producteurs de gaz naturel du Canada continuent de se détériorer, car la vigueur soutenue de la production américaine entraîne une baisse de la demande de gaz canadien et se traduit par une chute des prix », écrit l’organisme.

     

    L’économiste Carlos A. Murillo d’ajouter : « La hausse de la production de gaz de schiste aux États-Unis a considérablement réduit la présence du gaz naturel canadien dans certains marchés américains. Non seulement le marché américain s’oriente-t-il vers l’autosuffisance, mais l’industrie américaine du gaz devance également ses concurrents canadiens dans la course pour pénétrer les marchés mondiaux du GNL. »

     

    Surplace

     

    Gaz de schiste aidant, la production de gaz naturel a bondi de 40 % au sud de la frontière sur dix ans alors qu’elle a fait du surplace de ce côté-ci. « La production actuelle de gaz de schiste aux États-Unis est environ trois fois supérieure à la production canadienne totale.

     

    Comme la production américaine […] a remplacé les importations de gaz canadien, les exportations canadiennes ont diminué de 25 % par rapport à leur niveau d’il y a 10 ans », poursuit l’économiste.

    2,8 milliards
    Les pertes avant impôts des producteurs canadiens de gaz cette année
     

    Carlos A. Murillo prédit une décrue des exportations vers les États-Unis pendant encore cinq ans. « Les besoins nord-américains en gaz canadien continueront de diminuer durant la période de prévisions. À moins de construire une grande installation nationale consacrée à l’exportation du GNL, les niveaux de production canadiens continueront de chuter au cours des prochaines années. »

     

    Aussi, l’industrie doit conjuguer avec une offre abondante des prix au plancher. « L’année dernière, les températures supérieures à la moyenne ont contribué à faire passer les stocks de gaz naturel bien au-dessus des normes historiques. En 2016, le niveau des stocks canadiens et américains combinés était près de 20 % supérieur à sa moyenne quinquennale. Ceci, en revanche, a fait descendre les prix à leur plus bas niveau depuis près de 20 ans. »

     

    Et même si l’augmentation de la demande doit entraîner une hausse de 20 % des prix sur l’horizon 2017-2021, « sur le plan financier, l’industrie restera “en mode survie” dans les années à venir ». Le Conférence Board chiffre les pertes avant impôts des producteurs canadiens à 2,8 milliards cette année, contre 7,6 milliards en 2016.

     

    Le salut viendrait toutefois du GNL et d’une hausse des exportations américaines supérieure aux gains de production, ce qui permettrait au gaz canadien de combler l’écart dans certaines régions. Le Conference Board ne tient également pas compte de l’accroissement des capacités de distribution susceptible de permettre au gaz canadien d’accroître ses parts de marché dans le centre du Canada et le nord des États-Unis.


    TransCanada demande une autorisation pour un gazoduc Calgary — TransCanada a demandé une approbation réglementaire pour entamer la construction d’une canalisation qui permettrait d’alimenter un terminal d’exportation de gaz naturel liquéfié sur la côte nord de la Colombie-Britannique, même si aucune décision définitive n’a encore été prise sur la construction du terminal.

    L’entreprise albertaine a déjà obtenu des approbations conditionnelles des gouvernements fédéral et provincial pour le projet de la North Montney Mainline. Elle est cependant dans l’attente d’une décision d’investissement favorable pour la proposition de projet Pacific Northwest LNG, qui serait situé sur Lelu Island, près de Prince Rupert, en Colombie-Britannique.

    TransCanada a indiqué que la proposition modifiée soumise à l’Office national de l’énergie lui permettrait d’aller de l’avant avec la majorité de son projet North Montney Mainline, au coût de 1,4 milliard, avant d’obtenir cette décision.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.