Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    DanseFlux RSS de la section Danse

      • video
      Une scène tirée du «Sacre du printemps», qui, au Tanztheather Wuppertal, est une pièce terreuse à l’énergie crue et explosive.

      Le Tanztheater Wuppertal après Pina Bausch

      23 septembre 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      Huit ans ont passé depuis la mort de Pina Bausch, la grande dame de la danse-théâtre, mais sa compagnie orpheline continue de porter en elle un caractère monumental. Le Devoir profite de son passage en sol canadien, avec Café Müller et Le sacre du printemps, pour mesurer le chemin parcouru depuis.
      Installé dans la région natale de l’artiste, le Tanztheather Wuppertal Pina Bausch (TWPB) fait...
      0 réactions | 1 votes
      Quartiers Danses multiplie les ateliers de danse contemporaine, les disséminant sur toute l’année, en divers lieux.

      Briser l’isolement par la danse contemporaine

      2 septembre 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      Alors que la rentrée automnale s’amorce à Montréal, la compagnie Danse-Cité s’apprête à célébrer ses 35 années de présence dans le paysage montréalais, tandis que le festival Quartiers Danses...
      Alors que la rentrée automnale s’amorce à Montréal, la compagnie Danse-Cité s’apprête à célébrer ses...
      0 réactions | 2 votes
      La Maison pour la danse a été conçue en consultation avec les artistes du milieu.

      La Maison pour la danse, la fin du romantisme à la «Flashdance»?

      30 août 2017 | Catherine Lalonde | Danse
      Une Maison pour la danse? Oui, et ce n’est pas par coquetterie que Steve Huot, directeur général du groupe Danse Partout a choisi cette appellation. Mais pour se différencier du concept européen de Maison de la danse, axé sur la diffusion. 
      Une Maison pour la danse? Oui, et ce n’est pas par coquetterie que Steve Huot, directeur général du groupe Danse Partout a choisi cette appellation. Mais pour se différencier du concept européen de Maison de la danse, axé sur la diffusion. 
      0 réactions | 5 votes
      Le Wilder, à Montréal, propose des studios qui sont offerts à toute la communauté.

      Danser en boîte

      26 août 2017 | Catherine Lalonde | Danse
      Avec la pendaison de crémaillère des Grands Ballets canadiens de Montréal (GBC) le 11 septembre prochain, l’emménagement dans l’Espace danse de l’édifice Wilder à Montréal sera terminé — même si les...
      Avec la pendaison de crémaillère des Grands Ballets canadiens de Montréal (GBC) le 11 septembre...
      0 réactions | 3 votes
      Leticia Hamaoui et Pascale Drevillon du collectif CCOV, qui donnera sa première performance au ZH Festival cette semaine.

      Le paradis féminin des Cool Cunts of Velvet

      5 août 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      À l’origine, elles étaient 25 artistes à travailler sur une oeuvre à grand déploiement inspirée de La divine comédie chapeautée par Dave St-Pierre au Centre de création O Vertigo (CCOV), avant que ce...
      À l’origine, elles étaient 25 artistes à travailler sur une oeuvre à grand déploiement inspirée de...
      0 réactions | 2 votes
      Marie Chouinard propose un fort contingent québécois pour les prochaines années de son commissariat artistique du volet danse de la Biennale de Venise, dont Benoît Lachambre (ci-dessus dans sa création «Lifeguard).
      Danse

      Marie Chouinard, commissaire à Venise

      23 juin 2017 | Catherine Lalonde | Danse
      C’est aujourd’hui, vendredi 23 juin, que démarre dans la Sérénissime la 11e édition du volet danse de la Biennale d’art de Venise. Une édition pensée par la chorégraphe Marie Chouinard, qui tâte ici...
      C’est aujourd’hui, vendredi 23 juin, que démarre dans la Sérénissime la 11e édition du volet danse...
      1 réaction | 3 votes
      Rocío Molina utilise beaucoup le sol, et les volants de son costume deviennent queue, tente, oreiller même.
      Festival TransAmériques

      Un flamenco traversé par Dante, Bosch et Pasolini

      7 juin 2017 | Caroline Montpetit | Danse
      Elle a choisi le flamenco parce que c’était la danse de sa terre, la danse de l’Espagne. Et après, elle a laissé l’inspiration venir de partout : de Nietzsche et de Dante, du cinéaste Pasolini et du...
      Elle a choisi le flamenco parce que c’était la danse de sa terre, la danse de l’Espagne. Et après,...
      0 réactions | 2 votes
      De gauche à droite, de l’arrière à l’avant : Anne Thériault (chorégraphe), Hubert Tanguay-Labrosse, Julie Triquet et Alexis Raynault (musiciens) et Karina Champoux (chorégraphe), artisans de «Quatuor pour la fin du temps».
      OFFTA

      L’oeuvre de Messiaen, matière vivante

      6 juin 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      Depuis 2013, la compagnie Ballet-Opéra-Pantomime (BOP) collabore avec des créateurs audacieux issus de diverses disciplines afin d’imaginer de nouveaux cadres pour la musique classique. Cette année,...
      Depuis 2013, la compagnie Ballet-Opéra-Pantomime (BOP) collabore avec des créateurs audacieux issus...
      0 réactions | 5 votes
      «Tordre» est un admirable exercice d’intimité, de dévoilement de l’âme toute particulière de deux danseuses d’exception: Lora Juodkaite et Annie Hanauer.
      Critique danse

      «Tordre»: deux âmes dansantes à nu

      5 juin 2017 21h17 | Catherine Lalonde | Danse

      «Tordre» fut, en tant que critique et que spectatrice, « mon » spectacle de danse de 2016, attrapé à la 17e Biennale de danse de Lyon. Voilà que Montréal accueille, par bonheur, cet admirable exercice d’intimité, de dévoilement de l’âme toute particulière de deux danseuses d’exception. Sans aucune impudeur, sans exposition ou dépouillement d’ego.

      «Tordre» fut, en tant que critique et que spectatrice, « mon » spectacle de danse de 2016, attrapé à la 17e Biennale de danse de Lyon. Voilà que Montréal accueille, par bonheur, cet admirable exercice d’intimité, de dévoilement de l’âme toute particulière de deux danseuses d’exception. Sans aucune impudeur, sans exposition ou dépouillement d’ego.

      0 réactions | 2 votes
      Manuel Roque
      Critique danse

      «Bang Bang»: manifeste dansé

      3 juin 2017 | Catherine Lalonde | Danse
      C’est un manifeste que livre Manuel Roque à travers son solo Bang Bang ; une étude, presque un avertissement, sur l’engrenage à vis sans fin que peut être, en danse, la recherche de l’endurance, du...
      C’est un manifeste que livre Manuel Roque à travers son solo Bang Bang ; une étude, presque un...
      0 réactions | 2 votes
      Fusion d’atmosphères de scène rock alternative et de danse contemporaine, la proposition, d’une grande simplicité conceptuelle et d’une complexité purement chorégraphique, fonctionne à merveille.
      Critique danse

      «Some Hope For the Bastards»: lueur d’espoir

      2 juin 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      « Peut-être vous faites-vous des attentes ? » lance Frédérick Gravel, guitare à la main, derrière son micro du fond de la scène, interrompant le prélude de ses danseurs. En première canadienne au...
      « Peut-être vous faites-vous des attentes ? » lance Frédérick Gravel, guitare à la main, derrière...
      0 réactions | 0 votes
      La troupe de «To Da Bone» comprend dix hommes et une femme.
      Critique danse

      Les sauts d’images de (LA) HORDE

      1 juin 2017 | Catherine Lalonde | Danse
      Prenez une danse-phénomène toute neuve, d’un peu plus d’une dizaine d’années, nichée sur Internet, le jumpstyle. Trouvez-en les danseurs, fans autodidactes ayant appris en solo par le truchement de...
      Prenez une danse-phénomène toute neuve, d’un peu plus d’une dizaine d’années, nichée sur Internet,...
      0 réactions | 1 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.