Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    DanseFlux RSS de la section Danse

      Des jouets constituent les personnages: un tigre en peluche et diverses versions de soldats jouets composent l’essentiel de la distribution qu'Ariel Doron anime joyeusement.
      Critique théâtre

      «Plastic Heroes» — Les guerres des autres

      3 novembre 2017 | Chloé Gagné Dion | Danse
      Faire en sorte que l’on s’attendrisse à la vue d’un félin faisant sa toilette ou que l’on s’esclaffe en suivant un entraînement de soldats qui parlent en onomatopées ; l’inventivité du théâtre...
      Faire en sorte que l’on s’attendrisse à la vue d’un félin faisant sa toilette ou que l’on s’esclaffe...
      0 réactions | 0 votes
      Cette danse éclectique et métissée est pétrie de techniques issues du contemporain et des danses folkloriques.
      Critique danse

      «Grand finale» — Danser à la face de la mort

      3 novembre 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      La vitalité flirte avec la morbidité dans Grand Finale, oeuvre chargée en émotion, touchante et euphorisante. Le chorégraphe israélien, au sommet de son art, démontre à nouveau tout le pouvoir...
      La vitalité flirte avec la morbidité dans Grand Finale, oeuvre chargée en émotion, touchante et...
      0 réactions | 4 votes
      «Dans Grand Finale, j’ai surtout voulu mettre l’accent sur comment se comportent et vivent les gens à l’intérieur du système, et ce qu’ils ressentent pris à l’intérieur de ce monde de plus en plus chaotique », explique le chorégraphe Hofesh Shechter.

      L’apocalypse selon le chorégraphe Hofesh Shechter

      31 octobre 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      À l’origine, c’est la sensation que tout autour de nous est en train de s’effondrer qui a conduit Hofesh Shechter à créer Grand Finale. Acclamé sur le continent européen et internationalement, le...
      À l’origine, c’est la sensation que tout autour de nous est en train de s’effondrer qui a conduit...
      0 réactions | 4 votes
      Dans «En alerte», l’artiste marocain Taoufiq Izeddiou s’attache aux thèmes de la crise des relations entre le monde arabe et l’Occident et à la quête spirituelle.
      Critique danse

      «En alerte»: errances et failles transitoires

      28 octobre 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      Touchant au multidisciplinaire, Taoufiq Izeddiou imagine un solo aux allures de rituel de réconciliation entre deux parties du monde qui cheminent péniblement l’une à côté de l’autre et peinent à se...
      Touchant au multidisciplinaire, Taoufiq Izeddiou imagine un solo aux allures de rituel de...
      0 réactions | 0 votes
      Professeur, historien, danseur et bibliothécaire, Vincent Warren a transmis son savoir et sa passion de multiples façons.
      1938-2017

      Le danseur Vincent Warren n'est plus

      27 octobre 2017 | Jérôme Delgado | Danse
      Recruté par Ludmilla Chiriaeff alors que les Grands Ballets canadiens (GBC) n’en sont qu’à leurs premiers pas, Vincent Warren arrive à Montréal en 1961. Il n’a pas 25 ans. Il sera danseur étoile de la...
      Recruté par Ludmilla Chiriaeff alors que les Grands Ballets canadiens (GBC) n’en sont qu’à leurs...
      0 réactions | 3 votes
      Le chorégraphe David Pressault
      Critique Danse

      «Eros Journal»: érotisme et funambulisme

      27 octobre 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      Alors que David Pressault avait l’intention d’aborder l’éros sans se cantonner à la sexualité, c’est bien pourtant cet aspect qui nous paraîtra prédominant dans Eros Journal. Le thème pourrait...
      Alors que David Pressault avait l’intention d’aborder l’éros sans se cantonner à la sexualité, c’est...
      0 réactions | 4 votes
      «Amigrecta» exige du spectateur une grande concentration afin d’y projeter son propre imaginaire.
      Critique danse

      «Dansu»: sens et crédibilité

      20 octobre 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      Les nouvelles danses japonaises se côtoient et ne se ressemblent pas à l’Espace danse du Wilder dans le cadre du focus Japon Dansu coprésenté par l’Agora de la danse et Tangente. Face à ce premier...
      Les nouvelles danses japonaises se côtoient et ne se ressemblent pas à l’Espace danse du Wilder dans...
      0 réactions | 1 votes
      La chorégraphe Rhodnie Désir explore comment les cultures et rythmes africains ont été essaimés dans les Amériques.

      Six grands projets d'envergure annoncés en danse

      18 octobre 2017 | Catherine Lalonde | Danse
      On connaissait, par le site du Conseil des arts du Canada (CAC), les artistes bénéficiaires d’une subvention du programme Nouveau chapitre. Voilà, à l’invitation du diffuseur Danse Danse, qu’on en...
      On connaissait, par le site du Conseil des arts du Canada (CAC), les artistes bénéficiaires d’une...
      0 réactions | 1 votes
      Mikiko Kawamura, qui vient des danses de rue, présente le solo «Alphard», qu’elle interprète aussi.

      Dansu: un petit éventail de danses japonaises

      14 octobre 2017 | Catherine Lalonde | Danse
      C’est un petit éventail de danses contemporaines japonaises qu’ouvrent Tangente et l’Agora de la danse, afin de permettre aux spectateurs de goûter à l’avant-garde nippone actuelle. Car si Montréal a...
      C’est un petit éventail de danses contemporaines japonaises qu’ouvrent Tangente et l’Agora de la...
      0 réactions | 1 votes
      Une scène de «Rose of Jericho», chorégraphiée par l'Américain Andrew Skeels.
      Critique danse

      «Rose of Jericho» — Une bouture lyrique

      11 octobre 2017 | Mélanie Carpentier | Danse
      L’écriture rigoureuse et raffinée d’Andrew Skeels se frotte au sujet délicat de la résilience des migrants dans Rose of Jericho chez Danse Danse. Bien que tout en délicatesse, cette nouvelle création...
      L’écriture rigoureuse et raffinée d’Andrew Skeels se frotte au sujet délicat de la résilience des...
      0 réactions | 0 votes
      «Je ne me suis jamais fait vivre une peur comme ça; c’est extrême; j’ai vraiment hâte», affirme Peter James.

      Quatre jours d’impro totale pour Peter James

      7 octobre 2017 | Catherine Lalonde | Danse
      Peter James ? Peut-être que vous ne connaissez ni le nom ni la gueule caractéristique et caractérielle restée underground pendant ses 40 ans de carrière. Spécialiste « du vide, du rien et du néant »...
      Peter James ? Peut-être que vous ne connaissez ni le nom ni la gueule caractéristique et...
      1 réaction | 7 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.