Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Un 11 septembre à Toronto

    Coup de coeur et coup de gueule au TIFF

    Odile Tremblay
    11 septembre 2017 |Odile Tremblay | Cinéma | Chroniques

    Coup de coeur

    Photo: Tiziana Fabi Agence France-Presse The Shape of Water, de Guillermo del Toro, a été couronné du Lion d’or à Venise. Un vrai bijou livrée par une Sally Hawkins vivante et touchante.

    Le film de Guillermo del Toro, couronné du Lion d’or à Venise. Une œuvre de fantastique et d’amour de niveau supérieur. Vrai bijou que The Shape of Water. Situé au cours des années 1960, en pleine guerre froide, où comment une orpheline muette et un beau monstre aquatique créé par l’homme se découvrent de tendres liens dans un laboratoire à la Frankenstein. Avec Sally Hawkins vivante et touchante, à travers un hommage à l’âge d’or d’Hollywood, et une touche de finesse collée à l’univers du créateur du Labyrinthe de Pan.

     

    Coup de gueule

    Photo: Courtoisie TIFF Le très beau La petite fille qui aimait trop les allumettes, de Simon Lavoie, d’après le merveilleux roman du défunt Gaétan Soucy

    Il y a tellement de gros films à voir le matin que des œuvres moins attendues font un peu le vide aux visionnements pour la presse et l’industrie. Ainsi devant le très beau La petite fille qui aimait trop les allumettes, de Simon Lavoie, d’après le merveilleux roman du défunt Gaétan Soucy. Le film est dans la lignée de son Torrent, tiré de l’œuvre d’Anne Hébert, en noir et blanc, de poésie et de beauté. Le cinéaste précise que la Première de lundi soir est à guichet fermé. Les festivaliers se reprendront.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.